La chambre désaccordée ou l’enfance face aux dissonances familiales

Print Friendly, PDF & Email
Marc Lainé - La chambre désaccordée - 03-10-18 - Simon Gosselin 1--35_@loeildoliv

Dans sa Chambre désaccordée, Simon (François Praud) grandit entre passion et soucis familiaux © Simon Gosselin

Que se passe-t-il dans la tête d’un garçon de dix ans, pianiste virtuose, qui entend tous les soirs ses parents se déchirer ? Loin de la culture nord-américaine qui nourrit ordinairement ses créations, Marc Lainé nous entraîne en tout simplicité et délicatesse sur les terrains de l’enfance et de ses désillusions. Confrontant l’innocence de la jeunesse à la violence du monde des adultes, il signe un conte initiatique et musical qui fait vibrer les cœurs des petits comme des grands.

Musicien prodige, Simon (extraordinaire François Praud), dix ans, est sur le point de passer le concours des pianistes de demain. Mais, la machine si bien huilée après des mois de préparation, de répétition, s’enraye. Comme figé, malgré l’encouragement de ses parents (épatant Loïc Risser et admirable Léopoldine Hummel), il est incapable de monter sur scène. Que s’est-il donc passé ? Quelles sombres idées lui traversent la tête ?

Remontant le fil du temps, le jeune garçon revient sur un an de travail acharné et sur les errances de sa famille qui l’on conduit à cette incapacité émotionnelle, psychique, à jouer. Si tout commence dans l’euphorie, très vite l’aventure tourne au vinaigre. Surexcités, fiers, ses parents souhaitent qu’il présente le prestigieux concours. Il est tellement doué, il en a les prédispositions. Ils ne le forcent pas. Ce n’est pas ce style de géniteurs-là. Ils l’encouragent vigoureusement. Surtout sa mère, pianiste amatrice dans sa jeunesse, elle rêve pour lui, du meilleur, ce qu’elle n’a pas pu avoir. Le père est plus distancié. Il ne veut pas le priver de l’insouciance de son enfance.

Marc Lainé - La chambre désaccordée - 03-10-18 - Simon Gosselin 1--15_@leoildoliv

Entre rêve et réalité, les parents de Simon (Loïc Risser et Léopoldine Hummel) se déchirent © Simon Gosselin

Très vite, les tensions font jour dans le couple. S’isolant dans leur chambre afin d’éviter d’inquiéter leur fils, ils ne font que nourrir ses peurs. Les cloisons du pavillon de banlieue sont trop fines pour que leurs éclats de voix ne soient pas entendus. Persuadés d’être à l’origine du conflit, d’être la cause qui va mener à la séparation de ses parents, Simon va se mettre une pression de dingue, espérant que, ses prouesses au piano, sauvent sa famille de l’éclatement.

S’intéressant aux affres de l’enfance, Marc Lainé propose un voyage troublant, bouleversant qui donne la parole aux plus jeunes. Loin de vouloir imiter les ressentis de ce petit garçon qui porte sur ses épaules à la fois les ambitions de ses parents et la crainte vissée au corps d’être à l’origine de leur distension, il invite à voir par ses yeux, à plonger dans ses pensées. S’affranchissant un temps de la vidéo, une de ses marques de fabrique, abandonnant ses thèmes de prédilection liés à la culture étasunienne, le metteur en scène et scénographe de talent cherche l’épure scénique et nous entraîne dans l’univers fantasmagorique autant que réel de l’enfant.

Tout se passe dans la chambre, quasi monacale, de Simon. Les murs sont d’un bleu monochrome. Aucun poster, ne vient perturber son champ visuel. Seul un portrait de Bach rappelle sa passion, quelque peu imposée par sa mère, pour la musique classique. Pas de jouets, juste un lit et son piano électronique font office de mobilier. Même la fenêtre ne lui permet pas de s’échapper, elle est une ouverture sur ses songes, ses cauchemars. L’espace ainsi transformé en studio d’enregistrement libère en chanson le désamour croissant entre son père et sa mère qu’il ressent au fil des jours.

Marc Lainé - La chambre désaccordée - 03-10-18 - Simon Gosselin 2--19_@loeildoliv

Les parents de Simon chantent leur désaccord © Simon Gosselin

Saisis par le jeu frais et virtuose de François Praud, crédible en enfant surdoué de la musique – ses doigts parcourent avec une dextérité, une légèreté impressionnante les touches du piano – , les petits présents en grand nombre dans la salle se laissent captiver, emporter dans cette quête initiatique, dans ce récit sur la fin de l’innocence. Fable douce-amère, tendre autant que poétique, la chambre désaccordée séduit émeut à tout âge. Une bien jolie réussite, intelligente et sensible !

Par Olivier Frégaville-Gratian d’Amore

La chambre désaccordée de Marc Lainé
Théâtre de la ville
Théâtre des Abbesses
31, Rue des Abbesses
75018 Paris

En tournée
Le 22 janvier 2019 à L’Eclat à Pont-Audemer
du 28 janvier au 02 février 2019 au Grand Bleu à Lille
du 20 au 22 mars 2019 au Trident-Scène nationale à Cherbourg
Le 26 mars 2019 à L’Arsenal à Val-de-Reuil
du 28 au 31 mars 2019 au CDN de Normandie-Rouen
du 2 au 04 avril 2019 au Théâtre Le Passage à Fécamp
du 8 au 12 avril 2019 à la MAC de Créteil
du 24 au 26 avril 2019 au Quai, CDN d’Angers
du 16 au 18 mai 2019 à La Comédie de Reims, CDN

texte, mise en scène & scénographie de Marc Lainé
La pièce est publiée chez Actes Sud-Papiers, collection Heyoka jeunesse
avec Léopoldine Hummel, François Praud & Loïc Risser
Création musicale de François Praud
collaboration artistique : Tünde Deak
Son : Morgan Conan-Guez
Lumières de Kevin Briard
Costumes de Marc Lainé & de Marie-Cécile Viault

Vous souhaitez partager un commentaire?