ETRE la_Visuel 3 © Ludo Leleu_©loeildoliv

Être là, des aidants face au naufrage de la vieillesse

Questionnant le rôle des enfants devant le vieillissement de leurs parents, leur perte d’autonomie, de mémoire, leur incapacité à vivre seul, Vincent Ecrepont esquisse le portrait pluriel d’une génération de quadras, coincés entre désir de vivre et devoirs familiaux. Une pièce en demi-teinte sur un sujet audacieux, qui manque de chair et de contraste pour totalement captiver. 

Sur une scène bordée en arrière-plan d’une dizaine de paires de chaussures, trois comédiens, deux femmes et un homme, se racontent la vie. Tous, âgés d’au moins une quarantaine d’années, sont confrontés au même problème : que faire de leurs parents à la santé déclinante, comment être de bons enfants sans pour autant sacrifier leur vie, leur bonheur à un sacerdoce parfois trop lourd. L’un après l’autre, ils vont exposer leur situation, conter par le menu l’Alzheimer d’une mère qui n’a jamais été aimante, tendre, l’impossibilité d’un père à vivre seul, mais qui refuse de quitter son logis, les amours retrouvées de deux résidents d’EHPAD au crépuscule de leur existence.

S’inspirant de témoignages recueillis trois années durant au pôle gérontologie du CH de Beauvais dans le cadre d’un programme commun entre la DRAC et l’ARS des Hauts de France, Vincent Ecrepont revisite de sa plume lapidaire des situations malheureusement devenues banales. Sans prendre parti, sans pathos, il s’intéresse au poids de culpabilité qui pèse sur les épaules des « bâtons de vieillesse », ces enfants tout désignés pour s’occuper de leurs parents de plus en plus dépendants. Ponctuant ses récits finalement assez tristes d’un humour salvateur, car après tout la vie continue, toujours plus forte, il signe une pièce sans prétention, une sorte d’état de fait scénique d’une réalité que beaucoup aimerait oublier. 

Malgré quelques longueurs que le format avignonnais devrait gommer, Être là est un spectacle protéiforme qui s’appréhende de façon bien différente en fonction de son vécu. Certains trouveront que l’ensemble reste assez plat, manque de chair, d’incarnation. D’autres se laisseront immerger dans le quotidien des maisons de retraite, touchés par ces histoires humaines. À chacun, donc, de se faire son avis. 

Olivier Frégaville-Gratian d’Amore


Être là de Vincent Ecrepont
Centre culturel Jacques Tati en association avec la Comédie de Picardie
80000 Amiens

Festival d’Avignon Le OFF
Espace Pasteur
13 Rue Pont Trouca
84000 Avignon
Du 5 au 28 juillet 2019 à 16h30 – relâches les 9, 16 et 23 juillet
Durée : 1h15 

mise en scène  de Vincent Ecrepont
AvecCéline Bellanger, Véronic Joly & Sylvain Savard
Collaboration artistique : Laurent Stachnick
Scénographie de Caroline Ginet
Costumes de Fabienne Desflèches
Création lumière et régie générale de Benoît André
Création sonore de Christine Moreau
Regard Chorégraphique : Dominique Martinelli, Catherine Dreyfus
Création vidéo de Guillaume Junot
Production/diffusion : Agathe Clanet

Crédit photos © Ludo Leleu

Print Friendly, PDF & Email

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.

*

Latest from Chroniques

Artaud à la folie

Au Lavoir Moderne Parisien, Florian Pâque évoque Antonin Artaud dans sa pièce
Go to Top