Couv_2_BOJANGLES-Photo-Canotier_Libre-de-droits- ©Ch.Vootz_@loeilodliv

En attendant Bojangles, à la folie passionnément

C’est l’histoire d’un amour fou, d’une passion absolue. C’est le conte fantasque d’une famille hors norme. En adaptant le roman à succès d’Olivier Bourdeaut, Victoire Berger-Perrin nous invite à un pas de deux, de trois virevoltant, une ronde euphorisante, éclairée avec une grâce bouleversante par la lumineuse Anne Charrier puis par la piquante Julie Delarme. Une gourmandise à savourer sans tarder.

Un Halo de lumière éclaire un couple. La vie leur sourit. Elle (éblouissante Anne Charrrier ou flamboyanteJulie Delarme) est en blanc, lui (épatant Didier Brice) en costume sombre, élégant. Ils sont sur le point de se marier pour le meilleur, pour le pire. C’est une histoire d’amour, le début d’une vie à deux. Brune, piquante, elle est fantasque. Elle refuse toutes contraintes, il se donne les moyens pour que tout soit simple, fluide, que chaque envie soit comblée au centuple. 

Comble de bonheur, ces deux êtres, baignés d’une félicité éclatante, donnent naissance à un charmant chérubin (étonnant Victor Boulenger). Il est de toutes les fêtes, de toutes les fantaisies. Terriblement attaché à cette mère si singulière, si différente des autres, il se laisse porter dans un tourbillon de vie qui l’entraîne de Paris au sud de l’Espagne. Témoin privilégié de cette passion incandescente, il en est le conteur fidèle. 

S’emparant avec beaucoup d’espièglerie du roman que plus de 350 000 Français ont lu, la jeune Victoire Berger-Perrin donne joyeusement vie à ses personnages si originaux, si imprévisibles. Si elle se détache de par la forme narrative de la prose ciselée, onirique d’Olivier Bourdeaut, elle en retranscrit parfaitement l’essence par une mise en scène vive, énergique. Laissant la voix grave de Nina Simone nous envoûter, elle nous entraîne dans une danse folle évoquant par impressions mouchetées l’Amérique de Gatsby le magnifique, le Paris des années folles, l’Espagne gorgée de soleil. Sans ancrer véritablement l’histoire dans une époque, elle nous invite à un voyage hors du temps, hors des réalités où tout est permis. 

Si la magie opère, au-delà d’une ingénieuse scénographie, d’une direction d’acteurs au cordeau, c’est surtout en raison de présence scénique, solaire des comédiens. Victor Boulenger est poignant en enfant plein de malice. Didier Brice bouleversant en amant prêt à tout pour cette femme unique, ensorcelante. Enfin, Julie Delarme, qui reprend haut la main le rôle créé par Anne Charrier, est tout simplement troublante, radieuse en feu follet incandescent. Drôle, touchante, émouvante, elle est le cœur palpitant de ce captivant Bojangles. 

Olivier Frégaville-Gratian d’Amore – Article publié sur le site du magazine Attitude-Luxe


En attendant Bojangles d’après le roman d’Olivier Bourdeaut
La Pépinière théâtre
7, rue Louis Le Grand
75002 Paris
Durée 1h20

Reprise au théâtre de la Renaissance
20 Boulevard Saint-Martin
75010 Paris
Jusqu’au 29 mai 2019 
Du mercredi au samedi à 19h
Durée 1h20


Adaptation et mise en scène de Victoire Berger-Perrin assistée de Philippine Bataille
Avec Julie Delarme (Anne Charrier a créé le rôle), Didier Brice et Victor Boulenger
Décor de Caroline Mexme
Costumes de Virginie H
Lumières de Stéphane Baquet
Musique de Pierre-Antoine Durand
Chorégraphies de Cécile Bon
Collaboration Artistique : Grégori Baquet

Crédit photos © C. Vootz

Print Friendly, PDF & Email

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.

*

Latest from Chroniques

Artaud à la folie

Au Lavoir Moderne Parisien, Florian Pâque évoque Antonin Artaud dans sa pièce
Go to Top