La différence, une force au-delà la norme

A Genève, au théâtre Am Stram Gram, dirigé par Fabrice Melquiot, Pauline Sales questionne la notion de normalité et signe un conte contemporain particulièrement bien ciselé. Véritable ode à la différence, Normalito fait le bonheur des petits comme des grands.

Qu’est-ce qu’un super-héros ? Pour la plupart des enfants, c’est un être ayant des pouvoirs extraordinaires, pouvant déplacer des montagnes. Pour Lucas, dix ans, c’est juste quelqu’un ayant, comme Normalito, le personnage secret qu’il s’est inventé, la capacité de « rendre tout le monde normaux ». Normal serait plus juste. Mais il faut bien faire la rime, c’est plus beau. Moqué par ses camarades, incompris par sa prof, le jeune ado se réfugie aux toilettes. Il y vide son sac.

La normalité, un sacerdoce

Ni beau, ni moche, intelligence moyen, Lucas est un garçon ce qu’il y a de plus commun. Parfaitement dans les clous, il rêve que tout le monde soit comme lui, que toute différence soit abolie. Sa rencontre avec une « zébre », une jeune fille précoce vouée à un avenir fantastique, appelée Iris, va bouleverser son existence, changer en profondeur ses certitudes. L’un comme l’autre ne se sentant pas à leur place dans leur famille respective, décide de fuguer. Commence alors une errance dans la ville, une aventure folle et extraordinaire où de belles rencontres vont leur donner une belle leçon de vie et d’amour.

Une fable humaine

Plume concise, poétique, Pauline Sales plonge dans le monde de la préadolescence pour mettre en lumière les préjugés, les idées reçues. Dénonçant avec ingéniosité ce qui est la norme, elle esquisse les contours d’une autre réalité, celle où la différence, qu’elle soit religieuse, ethnique, sexuelle, genrée, etc. , est une force, un plus, une richesse. Haine et idées préconçues au placard, petits comme grands se laissent emporter par ce conte contemporain ingénieux et touchant.

Des comédiens remarquables

Dans le décor original de toilettes publiques imaginé par Damien Caille-Perret, Pauline Belle, Antoine Courvoisier et Anthony Poupard naviguent comme des poissons dans l’eau. Impeccables, ils entraînent dans leur sillage un public ensorcelé. De 7 à 77 ans, tous écoutent sans broncher, rient, s’amusent. La justesse d’interprétation, la mise en scène au cordeau, l’intelligence du propos suffisent à faire passer ce bel hymne à la tolérance.

En un mot, Normalito est une belle leçon d’humanité à voir et revoir !

Olivier Frégaville-Gratian d’Amore


Normalito de Pauline Sales
Commande de Fabrice Melquiot
Théâtre Am Stram Gram
Route de Frontenex 56
1207 Genève, Suisse
Jusqu’au 3 mars 2020
Durée 1h15 environ

Tournée
Du 13 au 15 mars 2020 au Carreau du Temple, Plateaux Sauvages Hors les murs, dans le cadre du Parcours Enfance & Jeunesse du Théâtre de la Ville, Paris
Les 19 et 20 mars 2020 au Quai des Rêves, Lamballe
Les 26 et 27 mars 2020 à La Maison du Théâtre, Brest
Les 30 et 31 mars 2020 aux Scènes du Jura, Dôle
Le 3 avril 2020 au Théâtre du Champ au Roy, Guingamp

Mise en scène de Pauline Sales
Avec Pauline Belle, Antoine Courvoisier & Anthony Poupard
Création lumière de Jean-Marc Serre
Création musicale de Simon Aeschimann
Scénographie de Damien Caille-Perret
Costumes de Nathalie Matriciani
Maquillage, coiffure de Cécile Kretschmar
Cie À L’ENVI

Crédit photos © Ariane Catton

Print Friendly, PDF & Email

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.

*

Dernièrement

Aller à Haut