Les étés de la danse… Alvin Ailey embrase le théâtre du Châtelet

Les murs du théâtre du châtelet tremblent à l’unisson d’une salle qui applaudit à tout rompre. Le spectacle vient de se terminer. Le public ébaudi, conquis, fait un triomphe à l’Alvin Ailey American Dance Theater. Et c’est ainsi tous les soirs. Il faut dire que la compagnie américaine, qui vient pour la quatrième fois à Paris pour célébrer les Etés de la Danse, se jette à cœur et à corps

Solo d’Israel Galván, ou la danse séductrice d’un hidalgo magnifique

Côté jardin, sur le mur de la façade jaune ocre de l’hôtel Salé qui abrite l’actuel musée Picasso, une silhouette sèche, noire, longiligne, se détache. Au son de la ville, au cri des oiseaux, elle virevolte, tourbillonne, pirouette, dérape et évolue avec une légèreté toute aérienne. Les mouvements fluides puis saccadés rythment cette danse, cette parade amoureuse entre Israel Galván et son public. L’instant semble irréel, suspendu. Les gorges se