Philip Walsh, chaleureux chef d’orchestre du festival Lyrique-en-mer

Philip Walsh © Lauren Pasche

Chaque été depuis maintenant 24 ans, Belle-Île-en-Mer devient un incontournable pour les passionnés de musique classique. De l’église Le Palais, à l’ombre de l’immense forteresse Vauban à celle de Bangor, en passant par la Pointe des Poulains, si chère à Sarah Bernhardt, le Festival Lyrique-en-Mer donne le tempo à une saison estivale rythmée au grès des marées. Rencontre avec son directeur artistique, le passionné Philip Walsh.

Comment est né le festival Lyrique en mer ? 

Le festival a été fondé en 1998 par le chanteur d’opéra américain Richard Cowan, qui était en vacances à vélo en Bretagne. Il découvre Belle-Île et décide d’y retourner l’année suivante avec quelques amis qui donnent des concerts à guichets fermés à la Citadelle Vauban.

Quelle est son essence ? 
Lyrique en Mer 2021 - © Lauren Pasche

Au cœur du Festival, il y a toujours eu trois éléments : l’opéra, la musique sacrée et un réel engagement pédagogique. Pour les jeunes chanteurs, qui font peut-être leurs débuts dans un certain rôle, Belle-Île offre une occasion précieuse d’explorer le répertoire, et les jeunes artistes peuvent travailler aux côtés de collègues plus expérimentés. Depuis 2020, a cause de Covid, ces trois éléments manquaient à notre programmation, et nous sommes extrêmement excités de revenir une fois de plus à l’essence du festival.

Comment la manifestation a évolué ? 

Commençant en 1998 avec seulement deux galas d’opéra, avec chanteurs et piano, le festival s’agrandit chaque année. Ma première fois au festival, en 2001, c’était la première année où un opéra entièrement mis en scène était joué, avec un petit orchestre (les Noces de Figaro), et l’année suivante était la première avec un programme jeune artiste. Trouver de nouvelles opportunités pour chanter a été notre objectif – avec des chorales d’enfants, des masterclass, l’expansion de la chorale locale, et l’évolution du festival est toujours étroitement alignée sur ces possibilités.

Vous êtes à la tête de la manifestation depuis 2017. Que voulez-vous impulser au festival ?
Lyrique en mer 2020 © Stéphane Mauger
00

Le festival continue d’évoluer, et trouver de nouvelles façons de le faire est toujours au premier plan de mon esprit. En 2018, nous avons eu notre première journée de chant « Venez chanter » où 200 choristes ont répété et interprété le Requiem de Mozart en une journée. Ajoutant des concerts comme des soirées cabaret, un concert de chansons de Reynaldo Hahn, à l’endroit où il a passé plusieurs étés en compagnie de Sarah Bernhardt, autant d’innovations qui continuent d’attirer de nouveaux publics. 

Vous êtes anglais, qu’est-ce que vous a donné envie de vous installer l’été à Belle-Île ? 

Je dis toujours que je n’ai pas choisi Belle-Île, c’est Belle-Île qui m’a choisi ! J’aime cette île, et elle fait partie de ma vie depuis si longtemps maintenant, je ne peux pas imaginer m’en passer. Pouvoir créer de la belle musique dans un cadre aussi idyllique est l’un des grands privilèges de ma vie.

Quels sont les temps forts de cette édition ? 
Lyrique en Mer 2021 © Lauren Pasche

La magnifique musique de Glück instille une grande beauté dans la mythologie d’Orphée et Eurydice. Dans la version inspirée de Berlioz, nous constatons que ces deux grands compositeurs ont collaboré à travers le temps, et ce sera une chose merveilleuse de réunir des chanteurs, des jeunes artistes, des danseurs et des musiciens pour interpréter le chef-d’œuvre pour le public de Belle-Ile. Aux côtés d’Orphée, nous interprétons le Stabat Mater de Dvorak dans les églises de l’île, et les choristes de « Venez chanter » répéteront et interpréteront à nouveau une œuvre en une seule journée – cette fois la première partie du Messie de Haendel. Nous rendons hommage au grand axe franco-américain du théâtre musical, Michel Legrand et Stephen Sondheim, récemment décédés, et l’un de nos galas d’opéra se déroulera dans l’incroyable décor de La Pointe des Poulains. Nos musiciens vont jouer Pierre et le Loup pour le jeune public, et on reprend les masterclass pour les jeunes artistes. Et cerise sur le gâteau, Anne Queffélec viendra à Belle-Île interpréter un programme de Bach, Haendel, Scarlatti et Schubert dans l’église de Bangor. C’est une saison riche, vibrante, variée, que je suis fier de présenter à notre public.

Propos recueillis par Olivier Frégaville-Gratian d’Amore

Festival Lyrique-en-Mer
du 29 juillet au 13 août 2022

Crédit photos © Lauren Pasche et © Stéphane Mauger

Print Friendly, PDF & Email

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.