Services de Juliette Steiner d’après les Bonnes de Jean Genet. textes d'Olivier Sylvestre © Michel Grasso

Juliette Steiner croque avec mordant les coulisses du théâtre

Dans le cadre de la neuvième édition des Scènes d’Automne en Alsace, Juliette Steiner, jeune metteuse en scène à la tête de la compagnie alsacienne quai n°7, soutenue par l’espace 110, la Comédie de Colmar et La Filature, invite à une revisite déjantée et jubilatoire des Bonnes de Genet. Déplaçant l’histoire dans l’envers du décor d’une création théâtrale, elle signe une satire mordante du monde hiérarchisé du spectacle vivant. 

À quelques heures de la représentation du soir, cinq femmes investissent le plateau. Elles sont les mains de l’ombre, celles sans qui aucun spectacle ne pourrait se faire. Elles sont régisseuses, techniciennes, commises, femmes de ménage. Fourmis ouvrières, chaque jour, elles remisent les éléments de décor, nettoient les loges, rangent les accessoires, réajustent sons et lumières au gré des caprices de la metteuse en scène et des comédiennes.

L’envers sombre du décor 

Services de Juliette Steiner d’après les Bonnes de Jean Genet. textes d'Olivier Sylvestre
 © Michel Grasso

Dans une ambiance bon enfant, Pat, Nath, Val, Leïla et Julie font leur taf. Elles se démènent comme de belles diablesses en écoutant et se déhanchant sur I Want to Break Free de Queen. Un coup de téléphone va tout changer. C’est la goutte d’eau de trop, qui va mettre sens dessus-dessous l’ordre des choses, faire dérailler la belle mécanique, la magie du théâtre. En préférant passer l’après-midi au musée ou au SPA plutôt que de mettre la main à la patte, la metteuse en scène, dite Madame, ouvre la boite de pandore et libére la parole de ces femmes en quête de respect et de reconnaissance. 

Mise en scène foutraque

Sur scène, c’est le chaos. Toutes se lâchent, déversent leur bile, exposent au grand jour les petites vexations quotidiennes, le manque total de considération des autres, ceux qui sont sur le devant de la scène. S’appuyant sur le texte noir de Genet et les impros au plateau des comédiennes – toutes épatantes – , le québécois Olivier Sylvestre croque avec malice les coulisses et dépeint à l’acide l’envers du décor. Derrière les rideaux rouges, c’est l’enfer de Sartre, la guerre des tranchées, la lutte des classes, la révolution des opprimés. Avec dérision et fougue, Juliette Steiner se moque d’elle-même, critique un monde hypercodé fait de faux-semblants et invite à une ronde folle faites d’embardées burlesques, d’envolées lyriques et d’emportements granguignolesques.

Entre hommage et satire  

Services de Juliette Steiner d’après les Bonnes de Jean Genet. textes d'Olivier Sylvestre  © Juliette Steiner

Dans ce grand n’importe quoi stylé et maîtrisé au cordeau, Services, encore en rodage en ce jour de première, est autant un bel hommage aux gens de l’ombre qu’une satire salée de notre société. Jouant sur l’ambivalence des personnages, leur ambiguïté identitaire, maîtresses et bonnes se confondant en permanence, Juliette Steiner touche juste. Bravo !

Olivier Frégaville-Gratian d’Amore – Envoyé spécial à Mulhouse

Services de Juliette Steiner d’après les Bonnes de Jean Genet
Scènes d’Automne en Alsace
Création à l’Espace 110 le 12 novembre 2021
Les 18 et 19 novembre 2021 à la Comédie de Colmar
en mai 2022 à la Filature

Durée 1h15 environ

Mise en scène de Juliette Steiner assistée de Malu França 
Avec Camille Falbriard, Ludmila Gander, Ruby Minard, Juliette Steiner, Naëma Tounsi, Ondine Trager 
Textes à partir du plateau – Olivier Sylvestre 
Scénographie et masques de Violette Graveline 
Création lumière d’Ondine Trager 
Création son de Ludmila Gander 
Régie générale de Malu França 
Costumes de Juliette Steiner 
Soutien à la confection – Zoé Nehlig 

Crédit photos © Michel Grasso et © Juliette Steiner

Print Friendly, PDF & Email

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.

*

Dernièrement

Aller à Haut