Je ne cours pas je vole. Élodie Menant. Johanna Boyé. Vanessa Cailhol © Aurore Vinot

En route pour la médaille d’or

Après Est-ce que j’ai une gueule d’Arletty ? Élodie Menant poursuit sa course vers le succès, au théâtre du Roi René, avec son nouveau spectacle, mis en scène avec rythme par Johanna Boyé, Je ne cours pas je vole ! On y fonce !

Parler de sport au théâtre est un exercice qui demande du souffle. Et il en faut pour suivre ce spectacle composé de nombreuses séquences qui s’enchaînent à la vitesse des sprinters dans une mise en scène très chorégraphie de Johanna Boyé. C’est quoi être un sportif de haut niveau ? Cela demande quels sacrifices ? Qu’est-ce qui pousse un être humain à dépasser ses limites ? Un rêve de gosse ? Un désir profond de reconnaissance ? En écrivant ces mots, je me dis qu’ils marchent tout autant pour les danseurs et les comédiens. En tout cas les six artistes sur scène réalisent une prouesse digne des grands athlètes !

Les jeux olympiques en ligne de mire
Je ne cours pas je vole. Élodie menant. Johanna Boyé © Aurore Vinot

Élodie Menant dresse le parcours de Julie Linard, une jeune femme qui rêve d’obtenir un jour une médaille d’or aux Jeux Olympique. Sa spécialité est le 800 mètres et cela fait 12 ans qu’elle s’entraîne avec acharnement pour 2 minutes de course ! Cela pourrait paraître absurde, tous ces efforts, les sacrifices que cela demande ! Surtout lorsque l’accident vient faire bousculer les choses ! Comment se reconstruire après la chute, quand on n’a eu qu’un seul objectif dans sa vie. Julie est un personnage très attachant par sa force de caractère et sa générosité. D’un tempérament fort, elle va arriver à sauter les obstacles et à trouver un sens à sa vie. Vanessa Cailhol s’est glissée avec l’agilité d’une gymnaste aguerrie dans ce rôle. Sa prestation est formidable.

Un tourbillon survolté de personnages

Autour d’elle, cinq comédiens époustouflants jouent tous les personnages qui accompagnent Julie. Avec adresse et vivacité, Olivier Dote DoeviAxel MandronÉlodie MenantYouna NoiretLaurent Paolini incarnent les parents, le petit frère, les amis, les amoureux, le coach, les journalistes, les concurrents, une gymnaste, mais aussi Bolt, Nadal, Manaudou et Gebrselassie. Ces quatre supers champions surgissent pour raconter chacun à sa manière leurs parcours, leurs doutes, leurs certitudes, leurs efforts, leurs blessures, leurs abnégations, mais aussi leurs joies. Tout cela forme un large prisme sur la condition humaine. C’est de cela dont il est question, de la construction d’un être. Et c’est ce qui fait que ce spectacle nous touche.

Marie-Céline Nivière

Je ne cours pas, je vole ! d’Elodie Menant
Festival d’Avignon le Off
Théâtre du Roi René
4bis rue Grivolas 84000 Avignon
Du 7 au 31 juillet à 15h20, relâche les lundis 12, 19, 26 juillet
Durée 1h20

Mise en scène de Johanna Boyé 
Avec Vanessa Cailhol, Olivier Dote Doevi, Axel Mandron, Elodie Menant, Youna Noiret et Laurent Paolini 
Scénographie de Camille Duchemin 
Création sonore de Mehdi Bourayou
Chorégraphe de Johan Nus
Costumes de Marion Rebmann, assistée par Fanny Gautreau
Perruques de Julie Poulain
Création lumières de Cyril Manetta

Crédit photos © Aurore Vinot

Print Friendly, PDF & Email

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.

*

Dernièrement

Aller à Haut