Des paroles impossibles de Yoann Bourgeois. Nuit du Cirque. © Géraldine Aresteanu

Yoann Bourgeois, artiste sur le fil

A l’occasion de la deuxième Nuit du cirque, Yoann Bourgeois devait présenter, au théâtre Firmin Gémier – La Piscine de Chatenay-Malabry, sa dernière création, un seul-en-scène, Les paroles impossibles. Jongleur, danseur et acrobate, l’artiste à la tête du CCN de Grenoble, en collaboration avec le chorégraphe Rachid Ouramdane, continue son exploration de la suspension, des interactions possible avec le vivant, et creuse ici la parole ou plus exactement celle que l’on ne peut exprimer. 

Comment le cirque est-il entré dans votre vie ? 

Yoann Bourgeois : C’est tout simplement, une occasion que seul l’art vivant permet, une histoire de rencontre entre un petit garçon et la magie du spectacle. Ça vient de très loin. Après, j’ai une petite anecdote personnelle : Quand mes parents se sont séparés, ils ont vendu la maison de mon enfance au Cirque Plume. J’ai donc de facto découvert le monde circassien. Le cirque a donc été pour moi une façon de continuer à être en lien avec des jeux que l’on pourrait appeler de vertiges et qui ont été mes jeux favoris pendant des années. 

Quelle a été l’inspiration de ce seul-en-scène ? 
Des paroles impossibles de Yoann Bourgeois. Nuit du Cirque. © Géraldine Aresteanu

Yoann Bourgeois : Il y a plusieurs choses. Déjà, comme vous le soulignez, c’est un solo. Cela fait dix ans que je fais des spectacles. J’ai été amené à travailler avec des grands groupes, dans des contextes différents, que ce soit des ballets, des formes opératiques, des vidéos clip, ou même pour des films. Du coup, j’avais l’envie d’enrayer ce phénomène mécanique du grossissement et de m’éprouver à nouveau au plateau. Les paroles impossibles est donc né d’un fort désir de jouer, tout simplement. Même si je n’ai jamais vraiment quitté la scène – La plupart de mes pièces tournent, et étant dans certaines, je continue à fouler les planches – j’avais surtout ce besoin de me frotter à nouveau au processus créatif, être partie prenante et prendre un petit risque sur une forme qui est très humble. Pour être totalement honnête, cette pièce est un spectacle de pur plaisir.

Que ressentez-vous à vous trouver seul au plateau ? 

Yoann Bourgeois : C’est un peu une première. En réalité, quand on dit qu’on est seul sur scène. Ce n’est jamais vrai. Il y a toute une équipe autour de nous, que ce soit à la régie, à la lumière, au son qui interagit en permanence avec nous. J’ai donc pas le sentiment d’un isolement, même si le motif présenté, le propos de la pièce, a à voir avec la solitude face à la parole. 

Dans vos spectacles précédents vous jouez sur l’absence de mots. Cette fois-ci vous abordez les paroles impossibles, l’incapacité de parler. Que souhaitiez-vous exprimer ? 

Yoann Bourgeois : C’est une sorte de suite d’échecs, d’un chemin qui va de pire en pire. Et en effet, le motif récurent de cette pièce est un homme seul face à un micro qui va tout le spectacle essayer de dire quelque chose sans jamais pouvoir y parvenir. Différents évènements vont venir perturber cette prise de parole. Il y aura des débuts de tentatives, des amorces de langages, qui vont, tout le temps, échouer. 

Vous qui êtes dans l’aérien, l’équilibre, est un nouveau tournant dans votre processus créatif, une autre forme de votre pratique ? 
Des paroles impossibles de Yoann Bourgeois. Nuit du Cirque. © Géraldine Aresteanu

Yoann Bourgeois : Je dirais plutôt que c’est une autre manière d’aborder, ce qui m’a toujours passionné et ce à quoi j’ai décidé de vouer ma vie, la suspension. J’ai donc essayé cette pratique à travers différents dispositifs ces dernières années que ce soit dans l’eau, grâce à la force centrifuge, grâce à un trampoline, des dispositifs physiques qui amplifient les phénomènes et rendent perceptible la suspension. Cette fois-ci, c’est au niveau de la parole que j’ai décidé de creuser une autre manière de travailler cette thématique. J’essaye donc d’aller aux frontières de ce que l’on peut dire pour aller à en autre endroit incroyablement poétique de suspension.

Entretien réalisé par Olivier Frégaville-Gratian d’Amore

Les Paroles impossibles de Yoann Bourgeois
Théâtre Firmin Gémier – La PiscineLa nuit du cirque
254, avenue de la Division Leclerc 92290 Châtenay-Malabry
Durée 1h00

Tournée
Les 1er et 2 décembre 2020 au Tandem, Douai 
Les 11 et 12 décembre 2020 à la Maison de la Musique, Nanterre 
Les 18 et 19 décembre 2020 au Escher Theater Luxembourg 
Du 2 au 4 février 2021 au Gymnase, Marseille 
Les 12 et 13 février 2021 au Cirque-Théâtre Elbeuf
Le 5 mars 2021 à MA Scène nationale – Pays de Montbéliard
Le 18 mars 2021 à La Brèche dans le cadre du Festival Spring 2021 – Cherbourg
Le 23 et 24 mars 2021 au Théâtre, Saint-Nazaire
Les 30 et 31 mars 2021 à Bonlieu Scène nationale, Annecy
Du 18 au 21 mai 2021 à la MC2, Grenoble
Du 8 au 12 juin 2021, Biennale de la danse de Lyon

Conception et mise en scène d’Yoann Bourgeois – CCN2 Grenoble
Avec Yoann Bourgeois, Marie Vaudin, Albin Chavignon

Crédit photos © Géraldine Aresteanu

Print Friendly, PDF & Email

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.

*

Dernièrement

Aller à Haut