Les Parents terribles de Jean Cocteau. Mise en scène de Christophe Perton. Muriel Mayette-Holtz, Maria de Medeiros, Charles Berling, Emile Berling. TNN. © Vincent Bérenger

Muriel Mayette-Holtz, flamboyante dans le vaudeville noir de Cocteau

Au Théâtre national de Nice, Christophe Perton adapte le manuscrit original des Parents terribles de Cocteau et signe un boulevard cruel d’une rare modernité. Porté par une distribution flamboyante, menée tambour battant par le trio Muriel Mayette-Hotlz, Maria de Medeiros et Charles Berling, la pièce, interdite à sa création, n’a rien perdu de verve mordante, de sa force troublante. 

Après un été très actif, très festif, le TNN ouvre ses portes en cette fin septembre avec une des œuvres phares de Jean Cocteau. Passionné par la langue du poète et dramaturge français, Christophe Perton profite de la vente de quelques objets lui ayant appartenu, salle Drouot, pour se procurer, par un curieux coup du sort, le manuscrit original des Parents terribles. Écrit à la demande de Jean Marais, qui rêve d’un « rôle moderne, vivant, excessif », où son talent, sa capacité de passer du rire aux larmes, est mise plus en valeur que sa beauté, la pièce emprunte les codes du Boulevard sans jamais céder à la facilité du vaudeville. 

Amour incestueux 
Les Parents terribles de Jean Cocteau. Mise en scène de Christophe Perton. Muriel Mayette-Holtz, Emile Berling. TNN. © Vincent Bérenger

A la roulotte, appartement où vit Yvonne, (inénarrable Muriel Mayette-Holtz), Georges (sensible Charles Berling), son mari, Léonie (extraordinaire Maria de Medeiros), sa sœur, et enfin Michel (épatant Emile Berling), son fils chéri, rien ne va plus. L’enfant prodige de la famille, un beau jeune homme de 22 ans, a découché. Entre effroi, frayeur, trouble et désarroi, la maison s’éveille dans une étrange ambiance, une atmosphère terriblement électrique qu’une simple étincelle pourrait embraser. Tous sont affectés, à des degrés divers, voyant vaciller dangereusement l’équilibre fragile du foyer. La mère, une malade chronique, un brin névrosée, ne semble pas prête à laisser son oisillon quitter son nid. Amoureuse folle de cet être qu’elle a porté, auquel elle a tout sacrifié, son mariage, son argent, les derniers feux de sa beauté, elle pourrait en mourir. 

Décadence bourgeoise
Les Parents terribles de Jean Cocteau. Mise en scène de Christophe Perton. Muriel Mayette-Holtz, Maria de Medeiros et Charles Berling. TNN. © Vincent Bérenger

Dans ce monde où tout n’est qu’apparence et faux semblant, le bonheur, sentiment trop simple, trop pur, ne peut exister. Père, mère, tante vont tout faire pour gâcher, abimer le premier émoi du jeune homme. Il ne peut s’éloigner de son monde, de sa putride pour une simple et jolie demoiselle, une prolétaire (évanescente Lola Créton). De sa plume ciselée, étonnamment moderne, Cocteau esquisse le portrait mordant d’une bourgeoisie décadente. Trop crue, la pièce fait scandale à sa création en 1938. Décrivant des mœurs troubles, brocardant l’image de la famille idéale, l’écrivain s’amuse avec un malin plaisir à faire de son vaudeville, une farce noire, une diabolique tragédie. 

Du grand spectacle

S’attachant à redonner aux Parents terribles son lustre d’antan, sans pour autant tomber dans la nostalgie, Christophe Perton réveille les vieux démons de Cocteau, leur offre une nouvelle jeunesse. Dans un décor très année 1930, il déroule les fils du drame pour mieux en souligner le burlesque, le grotesque, la funeste mécanique. Sans jamais exagérer le trait, respectant l’esprit de la pièce, il entraîne sa troupe de comédiens dans un tourbillon infernal où l’amour n’est jamais loin de la haine, la compassion de la cruauté. 

Une distribution de haut vol
Les Parents terribles de Jean Cocteau. Mise en scène de Christophe Perton. Muriel Mayette-Holtz. TNN. © Vincent Bérenger

Arrivée depuis moins d’un an à la tête du TNN, Muriel Mayette-Holtz aime les défis. Quoi de plus courageux que d’ouvrir sa première saison en montant sur scène, en s’exposant sans fard aux yeux des spectateurs ? Elle relève la gageure haut la main. Se glissant dans la peau de la folle Yvonne, elle se donne à corps perdu et offre un festival de jeux . Éloignée des plateaux depuis plus de quinze ans, elle revient et brûle les planches, rappelant à ceux qui l’aurait trop tôt oubliée, qu’elle est une Grande comédienne, une bête de scène. Face à elle, en manipulatrice froide, aigrie, en amoureuse éconduite rêvant de secrètes vengeances, Maria de Medeiros est impériale. Charles Berling n’est pas en reste. En mari relégué au second plan derrière son trop aimé et encombrant fils, il creuse les failles de son personnage pour le rendre terriblement humain et dépassé. Le trio est impayable et fonctionne à merveille. Quant aux deux jeunes, leur partie est plus fragile, plus délicate. Émile Berling s’en sort avec les honneurs, s’appuyant sur l’énergie de sa jeunesse pour interpréter le fougueux fils. Lola Créton manque encore un peu d’assurance, mais s’annonce prometteuse dans le rôle de l’intruse, de la sauveuse malgré elle. 

En ce soir de deuxième, le spectacle encore en rodage est de très belle facture. Quelques petites coupes de-ci de-là ne nuiraient en rien au rythme, bien au contraire. Sous la direction de Christophe Perton, Ces Parents terribles sont clairement « incroyables ». Un petit bijou de cynisme et de drôlerie, du beau théâtre !

Olivier Frégaville-Gratian d’Amore – envoyé spécial à Nice

Les Parents terribles de Jean Cocteau. Mise en scène de Christophe Perton. Muriel Mayette-Holtz, Maria de Medeiros, Lola Créton, Emile Berling. TNN. © Vincent Bérenger

Les parents terribles de Jean Cocteau 
TNN – Théâtre national de Nice
Promenade des arts
06300 Nice
jusqu’au 3 octobre 2020
Durée 2H environ

Tournée
Du 7 au 10 octobre 2020 au théâtre Liberté, Toulon
du 15 au 17 octobre 2020 au Théâtre du Gymnase, Marseille
du 3 au 4 novembre 2020 au Granit, Belfort
su 6 au 7 novembre au Théâtre de Bourg-en-Bresse
Le 10 novembre à la Maison des Arts du Léman, Thonon-les-Bains
du 12 au 14 novembre au Radiant, Caliure-et_Cuire
du 17 au 18 novembre au Théâtre du Montansier, Versailles
du 24 au 27 novembre 2020 à la Comédie de Picardie, Amiens
du 15 au 24 janvier 2021 au Cado, Orléans
du 2 au 6 février 2021 au Théâtre de Liège

Mise en scène & adaptation de Christophe Perton assisté de Manuela Beltran
Avec Muriel Mayette-Holtz, Charles Berling, Maria de Medeiros, Emile Berling, Lola Créton
Scénographie Christophe Perton Avec la collaboration de Barbara Creutz
Collaboration artistique – Camille Melvil 
Son & musiques d’Emmanuel Jessua 
Lumière d’Éric Soyer assisté de Julien Chaten 
Vidéo d’Ivan Bertin 
Costumes d’Agnès Falque 
Réalisation des décors – Diacosmie – Opéra Nice Côte d’Azur, Atelier du TNN 
Réalisation des masques – Cécile Welger-Barelli

Crédit photos © Vincent Bérenger

Print Friendly, PDF & Email

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.

*

Dernièrement

Aller à Haut