Splendour de Géraldine Maillet _ Gloire et décadence à Hollywood

Splendour_Elsa_Zyberstein_Natalie_Wood_@loeildoliv
Affiche de la pièce de théâtre Splendour ©Théâtre de Paris

Une Plongée en eaux troubles avec Natalie Wood, incarnée follement et désespérément par Elsa Zylberstein… Emouvant.

L’argument :Pour la légende du grand cinéma, Natalie Wood est l’actrice inoubliable de West Side Story et de Splendour in the grass. Et c’est aussi la fille douloureuse, nymphomane, bouleversante de talent et d’intensité qui, dans la nuit du 29 novembre 1981, se noya en face de l’île de Santa Catalina tandis que son mari, Robert Wagner, et son amant Christopher Walken, s’enivraient sur le pont d’un bateau précisément nommé  « Splendour ». De la splendeur au drame : tel fût son étrange et tragique destin…

La critique : De dos, allongée sur une banquette transparente, Natalie Wood,  incarnée par son double sur scène Elsa Zylberstein, attend son public pour le convier à une ultime représentation : l’histoire de sa vie et de sa fin dramatique et mystérieuse. Nous sommes le 29 novembre 1981, au large de l’île Santa Catalina, à bord du Splendour -yacht acheté par son époux Richard Wagner et baptisé ainsi en hommage au film d’Elia Kazan qui a ancré définitivement  notre héroïne au panthéon des stars hollywoodiennes – Il ne reste qu’une poignée de minutes, avant  que l’actrice ne glisse dans les eaux noires du Pacifique qui l’engloutiront à jamais.

En choisissant de revisiter l’existence de Natalie Wood à l’instant de sa mort, Géraldine Maillet place le spectateur dans le rôle de confident. Sans fard et sans chronologie, l’actrice se livre. De la violence subie par une mère hyper autoritaire, de ses origines russes, de ses amours fugaces ou enivrantes avec les hommes qui ont fait Hollywood, de ses succès, de ses joies, de ses désespoirs et de ses blessures sécrètes, nous saurons tout. Celle qui triompha à l’affiche de West Side Story ou de La Fureur de vivre raconte sa descente aux enfers à travers le sexe, l’alcool, et la drogue. Entre deux souvenirs, nous découvrirons par petites touches les circonstances du drame qui lui coûta la vie …faute notamment de savoir nager. Seule dans les eaux froides du Pacifique, celle qui incarna les sirènes glamour sur grand écran se remémore ce huis clos entre mari, amant (Christopher Walken) et partenaire d’un soir (capitaine du Splendour) qui lui sera fatal. Au moment où tout bascule, c’est le film d’une vie, l’histoire d’une femme de chair et de sang et d’un cœur indompté que joue avec intensité et grâce Elsa Zylberstein sur les planches de la scène de la salle Réjane du théâtre de Paris.

SPLENDOUR_nataliewood_elsaZylberstein_@loeildoliv
Elsa Zylberstein incarne Natalie Wood ©Théâtre de Paris

La sobriété de la mise en scène imaginée par Catherine Schaub souligne l’interprétation, tout en finesse et violence, de l’actrice, révélée en 1994 par le film de Martine Dugowson, Mina Tannenbaum. On découvre non seulement le destin fabuleux et tragique de Natalie Wood, mais aussi les multiples talents d’une comédienne si rare ces derniers temps. Touché en plein cœur par le destin d’une star, c’est finalement Elsa Zylberstein qui nous bouleverse, passant de la grâce féline, à la moue enfantine de la femme blessée, en passant par la sensualité de la dévoreuse d’homme ou par l’hystérie de celle qui ne cherche qu’à être aimée … A découvrir sans attendre…

Auteur : Géraldine Maillet
Comédienne : Elsa Zylberstein
Mise en scène : Catherine Schaub
Musique originale Splendour : Benjamin Biolay

Théâtre de Paris – Salle Réjane.
15 Rue Blanche, 75009 Paris.
Du mardi au samedi à 19h. Dimanche 17h.

Print Friendly, PDF & Email

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.

*

Dernièrement

Aller à Haut