La famille américaine de Gertrude Stein en un show poétique

Au Quai à Angers, avant d’investir Chaillot en janvier, le duo explosif Roser Montlló Guberna et Brigitte Seth donne vie aux portraits de famille croqués par Gertrude Stein. Avec espièglerie et finesse, elles empruntent les mots caustiques, les formules malicieuses de l’autrice américaine et invite à un voyage onirique où la vie, la mort s’entremêlent en une hypnotique farandole. 

Pas de doute. Elle est bien là face public. Sur une scène recouverte de copeau de liège, ressemblant à de la tourbe, Gertrude Stein (truculente Brigitte Seth), la poétesse, la collectionneuse, la féministe, entre à confesse. La verve enlevée, caustique, elle dit tout le bien de ses origines américaines. Qui peut se vanter de connaitre aussi bien, aussi intimement, ses ancêtres bâtisseurs de nations ? Venues de vieux continents, des familles entières, des mères courages, s’installent Outre-Altantique et envahissent l’espace, le colonisent. Enfants sous le bras, un grand nombre, avec leur mari, elles parcourent le nouveau continent. Elles sont aimantes, revêches, déçues par leur progéniture. Mais rien ne les arrête. Ce sont des combattantes. 

Avec humour et beaucoup d’auto-dérision, Roser Montlló Guberna et Brigitte Seth plongent dans la langue de Gertrude Stein, dans sa manière unique de parler de son pays, de ces familles de pionniers. Puisant dans la très riche matière de The Making of Americans : Being a History of Family’s Progress, publié en français en 1933 sous le titre Américains d’Amérique, les deux comparses esquissent un portrait vivant et vibrant de ces hommes, de ces femmes qui ont tout misé sur cet ailleurs fantasmé. Père, mère, enfants, grands-parents, tous témoignent de leur existence, de leur envie, de leur rôle, de leur fonction dans ce nouvel écosystème familial. Vie et mort sont présentes. Elles se tournent autour, s’ignorent ou se répondent. 

Invitant à entrer dans cette danse intelligente, brillante, à se joindre à cette farandole qui serpente à pas cadencés, la compagnie Toujours après minuit signe un spectacle tout en délicatesse à la croisée des arts vivants. Dansant, vibrionnant, les sept comédiens- danseurs, tous admirables, investissent les lieux, se glissent dans la peau de leur personnage – mère au foyer, jeune homme mort prématurément, etc.- et confient leur histoire. 

Conquis par la plume déliée, poétique de Gertrude Stein, charmés par la beauté des tableaux imaginés par Emmanuelle Bischoff, parfaitement ciselés par les lumières de Guillaume Tesson, enchantés par la mise en scène généreuse de Roser Montlló Guberna et Brigitte Seth, les spectateurs se laissent emporter sur les rives de cette réflexion pragmatique autant que philosophique sur la famille, la vie, les liens fraternels, les rapports sociaux. 

Avec Family Machine, la compagnie Toujours après minuit saisit l’instant présent et distille chaleureusement bonne humeur et joie de vivre. Un moment de théâtre hors-norme, terriblement sensible, passionnément humain. 

Olivier Fregaville-Gratian d’Amore – Envoyé spécial à Angers


Familly machine de Roser Montlló Guberna et Brigitte Seth 
Le Quai – Angers
Cale de la Savatte, 49100 Angers
Création le 21 novembre 2019
Durée 1h20 

Tournée 
Du 22 au 25 janvier 2020 à Chaillot Théâtre national de la Danse
le 27 février 2020 à la Scène nationale d’Orléans
Du 31 mars au 3 avril 2020 au Théâtre de la Croix Rousse, Lyon

Mise En Scène, chorégraphie et Adaptation de Roser Montlló Guberna Et Brigitte Seth 
Scénographie d’Emmanuelle Bischoff 
Musique d’Hugues Laniesse 
Lumière de Guillaume Tesson 
Costumes de Sylvette Dequest 
Assistante à la dramaturgie Faustine Noguès 
Assistante à la mise en scène Jessica Fouché
Surtitrage en anglais Mike Sens
Avec Jim Couturier, Louise Hakim, Théo Le Bruman, Roser Montlló Guberna, Christophe Pinon, Brigitte Seth, Elise Vigier

Crédit photos © Christophe Raynaud de Lage


Print Friendly, PDF & Email

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.

*