La Fab. d’Agnès b. rouvre ses portes mi-juin

La fondation d’art contemporain de la créatrice de mode Agnès b. a du malheureusement baissé le rideau, en raison de la pandémie, un peu plus d’un mois après son inauguration. Alors que la France se déconfine, l’immense bâtisse blanche de plus de 1400 m2 situé au cœur du XIIIe arrondissement s’apprête à sortir de sa torpeur dans les prochains jours. 

Située au-dessus des voies de chemins de fer qui mènent à la gare d’Austerlitz, juste en face du MK2 et de la Bibliothèque François-Mitterrand et entre deux bâtiments plus sombres, l’immaculée Fab. d’Agnès b. fait bande à part. Ligne épurée, elle se distingue par la simplicité de son architecture, signée par l’agence SOA architectes. Consacré notamment à la mise en valeur de sa collection d’art contemporain de plus 3000 pièces, le lieu se veut une « fabrique culturelle et solidaire » qui devrait accueillir artistes, actions solidaires et animations gratuites. 

Nouvelle fondation « arty » au cœur du XIIIe arrondissement

Pas le temps de s’installer dans le quartier et la vie culturelle parisienne, La Fab., comme l’ensemble des lieux culturels, a été contrainte mi-mars à fermer ses portes au public. C’est donc avec beaucoup d’excitation et de fébrilité que la fondation se prépare à la réouverture. Afin d’attirer badauds et passionnés d’art contemporain, le lieu a décidé de prolonger l’exposition inaugurale consacrée à sept artistes du moment ayant « Moins de trente ans ». Ainsi il sera possible de (re)découvrir les peintures de Mathilde Lestiboudois, de Soléne Rigou, de Thibaut Bouedjoro-Camus, deBruno Gadenne, de  Galilanguille, d’Hervé Priou etles installations de Vincent Laval. 

Du mécénat à la collection d’art

Recueillant en son sein l’historique Galerie du jour fondée en 1984 rue du jour, et fermée depuis quelques mois, cette nouvelle fondation soutient les artistes prometteurs repérés par Agnès b. grâce au fameux fonds de dotation que la créatrice de mode a créé en 2009 pour structurer toutes les actions de mécénat, de partenariat et de philanthropie. Afin d’alimenter au mieux cet organisme à but non lucratif, les expositions temporaires seront gratuites, par contre l’accès à la collection permanente devrait être payante. 

En attendant de pouvoir visiter dès la mi-juin, ce nouveau spot culturel, le site de La Fab. permet de se familiariser avec la philosophie d’Agnès b. et ainsi mieux appréhender l’image du lieu. 

Olivier Frégaville-Gratian d’Amore

La Fab., Place Jean-Michel Basquiat (XIIIe). De 4 à 7 euros. Rens. sur la-fab.com 

Crédit photos © La Fab.

Print Friendly, PDF & Email

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.

*

Dernièrement

Aller à Haut