Enfance brimée en quête de liberté

Adaptant à la scène le roman jeunesse de Jean-Claude Mourlevat, Frédéric Sonntag signe une road-movie poétique, un thriller haletant où un garçon haut comme trois pommes entraîne ses frères loin de l’hostile foyer familial. Rappelant le conte du petit poucet de Perrault, l’Enfant Océan est un hymne à la vie, à la différence. 

Que s’est-il passé cette nuit froide et pluvieuse de novembre dans la ferme des Doutreleau, dans un lieu reculé au centre de la France ? Où sont passés les 7 enfants – les 3 paires de jumeaux et le petit dernier, tout chétif, tout malingre ? Inquiète, l’assistante sociale du collège s’interroge. Elle se souvient du visage triste de Yann, ce petit bonhomme à la taille minuscule mais à l’intelligence vive, qu’elle a laissé hier à contre cœur sur le pas de la porte. N’aurait-elle pas dû insister auprès de ses bourrus de parents pour en savoir plus sur ce bien étrange et très pauvre foyer ? 

Trop tard, tous ont disparu sans laisser de trace. L’enquête commence. Elle patauge. L’un après l’autre, les protagonistes de l’histoire témoignent, cherchent à comprendre, tentent de trouver des explications, proposent des hypothèses. Rien n’y fait, le mystère demeure. La peur d’être tués, le rêve d’océan, de liberté, a guidé les pas de du jeune Yann et de ses six frères bien loin de leur maison, de leurs parents dont ils reçoivent plus de torgnoles que de caresses. Mais L’entreprise qui semble si mal embarquée, arrivera -t-elle à son terme ? Là est toute la question, toute l’histoire. 

S’inspirant du conte de Charles Perraultle Petit Poucet, Jean-Claude Mourlevat imagine une fable contemporaine qui colle aux maux de nos sociétés occidentales, la peur de l’autre, de la différence, la précarité qui gangrène les rapports humains. La plume vive, le style simple empruntant autant au road-movie qu’au thriller, qu’à la satire sociale, attrapent, saisissent petits et grands. Soulignant les effets textuels, la mise en scène fine, virevoltante de Frédéric Sonntag maintient l’attention de tous, à son maximum, une heure durant. Aucun bruit ne vient perturber les palpitantes aventures du mini – Yann. 

Dirigés au cordeau, les cinq comédiens se jettent à corps perdu sur scène et donnent vie à leurs personnages, ainsi qu’à la marionnette créée par Einat Landais. Le jeu est précis, fougueux. On s’y laisse prendre et on est emporté dans cette folle course vers des lendemains forcément meilleurs. 

L’enfant océan séduit enfants et parents. Un moment en famille entre rires et larmes qui questionne, touche et bouleverse. 

Olivier Frégaville-Gratian d’Amore


L’enfant Océan d’après la nouvelle de Jean-Claude Mourlevat
Théâtre-Sénart – Scène nationale 
8-10 Allée de la Mixité
77127 Lieusaint
Jusqu’au 16 novembre 2019
Durée 1h00 environ

Tournée
Du 20 au 26 novembre 2019 à La Scène Watteau, Scène conventionnée de Nogent-sur-Marne
les 28 et 29 novembre 2019 au Théâtre de Vanves, Scène conventionnée de Vanves
du 13 décembre 2019 au 5 janvier 2020 au Théâtre Paris-Villette
Le 14 janvier 2020 au Manège, Scène nationale Maubeuge
les 21 et 22 janvier 2020 au Grand R, Scène nationale La Roche-sur-Yon
du 28 janvier au 1 février 2020 au Grand Bleu, Scène conventionnée d’Intérêt national Art, Enfance et Jeunesse (Lille)
les 13 et 14 février 2020 au Tangram, Scène nationale d’Evreux
du 25 au 28 février 2020 à la Nouvelle scène nationale Cergy-Pontoise/Val d’Oise
du 12 au 15 mars 2020 au Théâtre Am Stram Gram | Centre international de création pour l’enfance et la jeunesse (Genève)
les 19 et 20 mars 2020 à la Scène nationale de l’Essonne, Agora – Desnos
les 27 et 28 mars à la MA scène nationale – Pays de Montbéliard
les 6 et 7 avril 2020 au Théâtre Théo Argence (Saint Priest)
les 5 et 6 mai 2020 à La Filature, Scène nationale de Mulhouse


Mise en scène et adaptation Frédéric Sonntag
Assisté de Leslie Menahem
Scénographie de Marc Lainé assisté de Anouk Maugein
Avec Laure Berend-Sagols, Rémi Fortin, Julie Julien, Régis Lux, Morgane Peters et la Voix off d’Yann Pauline Ziadé
Comédiens vidéo : Florent Guyot, Fabrice Hasovic, Françoise Loreau, Sabine Moindrot
Costumes d’Hanna Sjödin
Vidéo de Thomas Rathier
Lumières de Manuel Desfeux
Musique de Paul Levis
Marionnette d’Einat Landais
Coiffures, maquillage de Pauline Bry

Crédit photos © Eric Miranda

Print Friendly, PDF & Email

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.

*

Latest from Chroniques

Go to Top