Couv_EMELINE BAYART _NOO3882-1001_S elle a lui_©Caroline Moreau_@loeildoliv

Emeline Bayart, la voix singulière du couple dans tous ses états

À peine sortie de scène où elle donne D’elle à lui, récital burlesque qui revisite à travers une vingtaine de chansons le couple et ses turpitudes, Emeline Bayart, boucles blondes, visage volubile, a accepté de revenir sur son parcours et conter l’histoire incroyable de ce spectacle hors du temps, de cette balade truculente sur la carte du Tendre qui séduit toutes les générations. Rencontre.

Comment le chant et le théâtre sont-ils entrés dans votre vie ?

Emeline_Bayart_©DR_@loeildoliv

Emeline Bayart : Complétement par hasard. J’ai grandi à Lille où j’étais scolarisée très jeune dans ce que l’on appelle des classes à horaires aménagés musicales (Cham). C’est-à-dire que jusqu’à la troisième, le matin je suivais une scolarité classique et l’après-midi, j’étudiais très assidûment le piano. C’est au cours de ce cursus si particulier, que j’ai découvert le chant et que je me suis investie dans cette discipline. Au sein du Conservatoire à rayonnement régional, il y avait une chorale assez extraordinaire, avec un chef de chœur qui avait une prédilection pour les chansons à texte, les morceaux bien trempés. Tout de suite, cela m’a parlé. J’ai donc tout logiquement intégré la formation. Durant quatre années, j’ai chanté obstinément, passionnément. Le Lycée arrivant, je me suis concentrée sur mes études de lettres. J’ai réintégré le cursus traditionnel, mais je n’ai pas oublié mon rêve secret de devenir comédienne. J’étais particulièrement timide à l’époque. Et je crois que cette envie de scène était une façon pour moi d’exulter mes démons, de réveiller des émotions, des sensations enfouies au plus profond de mon être. Bac en poche, les deux premières années de fac validées, j’ai suivi un stage de théâtre pour amateurs. À cette occasion, j’ai fait la connaissance du metteur en scène Jean-Michel Rabeux. Il a changé le cours de ma Vie. À la fin des quelques jours que nous avons passé à appréhender la comédie, la tragédie, il m’a conseillée d’aller à Paris, de suivre le Cours Florent, et certainement, alors il m’arriverait de très belles choses. Je n’ai pas hésité un instant. Sans lui, je n’aurais jamais osé franchir le pas. C’était en 2000, j’avais 20 ans. Je me suis inscrite en licence de science du Langage à la Sorbonne et après un passage éclair à Florent, j’ai été admise au Conservatoire national supérieur d’Art dramatique. Durant les trois ans du cursus, je me suis épanouie et j’ai fait des rencontres extraordinaires. J’ai aussi repris le chant, la pratique me manquait cruellement. Je me suis rapidement enthousiasmée pour les chansons qui racontent une histoire. Afin de valider la dernière année, j’ai axé mon travail sur un petit récital à ma manière qui a séduit le journaliste Philippe Meyer, présent lors de l’audition. Suite à cela, il m’a proposée de travailler avec lui sur un spectacle musical qui s’intitulait, L’endroit du cœur.

Comment avez-vous construit le récital D’elle à lui ?

EMELINE BAYART _NOO3770_d elle a lui_©Caroline Moreau_@loeildoliv

Emeline Bayart : Cela a été assez long. À ma sortie du CNSAD, j’ai un temps abandonné complétement le chant. Je n’avais plus de temps à y consacrer. Ma carrière de comédienne a pris le pas. J’ai joué des rôles très variés, dirigée par des metteurs en scène de tout horizon, tel Jean-Michel Ribes, Denis Podalydès ou Christophe Rauck. C’était extraordinaire. J’étais très épanouie sur scène. À la naissance de mon premier enfant en 2012, tout a changé. J’ai eu l’envie de retourner à ce premier grand amour qu’est le chant. J’ai donc commencé à compiler, lire les paroles de plus de 5 000 chansons françaises. J’ai cherché une forme de spectacle qui me ressemble. Philippe Meyer m’a aidé dans ce travail titanesque, il m’a fait découvrir des textes hallucinants, d’une poésie fascinante. Bon an mal an, j’ai trouvé un rythme, une thématique, le couple, une alchimie entre les différentes chansons, que j’ai fini par garder pour ce récital, que j’ai créé dans un lieu improbable, la cave voûtée du Kibélé, un restaurant turc du 10ème arrondissement. Les propriétaires prêtent souvent cet espace singulier aux artistes pour leur permettre de se produire. J’ai joué une première fois, puis vu le succès j’ai continué durant trois ans ce tour de chant. C’était impressionnant. C’était tout le temps plein. Jean-Michel Ribes et Olivier Manteï de l’Opéra-comique sont venus me voir. C’est comme cela que le premier m’a programmée au théâtre du Rond-Point en 2016 et que le second m’a proposée d’inaugurer l’année passée son nouveau concept de cabaret porte 8 avec un nouveau récital tout aussi truculent que le premier. La thématique toute différente, j’ai intitulé Si j’ose dire.

Pourquoi avoir choisi le couple comme thématique de votre premier récital ?

EMELINE BAYART _NOO3774_d elle a lui_©Caroline Moreau_@loeildoliv

Emeline bayart : Cela s’est fait comme une évidence. En fouillant dans les archives de la chanson française, la plupart des textes que je retenais parler d’amour, de vie à deux, de rencontre, de séparation. J’ai donc écarté toutes les autres thématiques pour ne conserver que celle-ci. J’avoue, c’est un sujet qui me passionne, car malgré l’unicité du mot chaque couple est différent et a sa vie propre. C’est d’ailleurs pour cela que j’ai décidé de monter en 2019, On purge bébé de Feydeau. Ce dramaturge me passionne. Il a passé sa vie à disséquer le couple. Ces textes sont certes cruels, mais il s’en dégage une forme d’humour glaçant, terrassant, fascinant. C’est en tout cas quelque chose que j’aime travailler en tant que comédienne, mais aussi en tant que metteuse en scène. Pour revenir au récital, une fois le choix des textes fait, l’ordre s’est fait de soit tant je voulais que tout soit axé sur le jeu et que la musique porte le sens, l’interprétation et les intonations. C’était important de rendre hommage à des auteurs, des chansonniers malheureusement oubliés. C’est pour cela que je prends le temps de les citer à la fin. Toutes les chansons que j’ai choisies, qu’elles aient été écrites en 1900 ou au cours des dernières décennies, sont universelles. C’est çà dire qu’elles traversent le siècle, qu’elles n’ont pas pris une ride. Elles sont toutes construites comme des micro-pièces de théâtre avec un début, une histoire et une chute. Afin de ne pas tomber dans l’écueil d’interpréter à la manière de, j’ai fait un travail sur le texte, sa musicalité afin de l’ancrer dans l’époque actuelle, d’en faire ressortir toute la modernité. Pour que tout paraisse fluide, que tout s’enchaîne à merveille, c’est un véritable travail de dentelle, d’horlogerie. Cela en valait la peine, le public semble conquis, ce sont en tout cas les retours que j’ai à chaque fin de spectacle. C’est pour moi la plus belle des récompenses.

Vous êtes au Rond-Point jusqu’au 4 février quels sont vos projets pour la suite ?

EMELINE BAYART _NOO3771_d elle a lui_©Caroline Moreau_@loeildoliv

Emeline Bayart : Comme je l’ai mentionné plus haut, je devrais reprendre le deuxième récital que j’ai créé à l’Opéra-comique. Les dates ne sont pas encore calées, mais cela devrait se faire bientôt. J’ai aussi la chance d’avoir été choisie par Bruno Podalydès pour tourner dans son nouveau long-métrage dans lequel j’interprète l’inénarrable Bécassine. Apparemment, c’était une évidence pour lui. D’ailleurs, je le soupçonne d’avoir été définitivement convaincu de me prendre pour le rôle après avoir vu D’elle à lui. La sortie est prévue en juin 2018. Je vais aussi d’ici deux ans, comme je l’ai déjà annoncé, monter On purge Bébé de Georges Feydeau. En parallèle, il n’est pas exclu que Le Bourgeois Gentilhomme, mis en scène par Denis Podalydès, ne reprenne le chemin des planches. Affaires à suivre.

Propos recueillis par Olivier Frégaville-Gratian d’Amore


D’elle à lui sur une idée originale d’Emeline Bayart
Théâtre du Rond-Point – Salle Jean Tardieu
2Bis, Avenue Franklin Delano Roosevelt
75008 Paris
jusqu’au 4 février 2018
du mardi au samedi à 20h30 et le dimanche à 15h30

Crédit photos © Caroline Moreau

Print Friendly, PDF & Email

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.

*