One more thing d’Adi Boutros. théâtre de la ville. © Ariel Tagar

Le quartet charnellement viril d’Adi Boutros

Aux Abbesses-Théâtre de la Ville, le chorégraphe israélien Adi Boutros continue, après Submission, à explorer l’identité et le genre. Dans son nouvel opus, One more thing, il questionne la masculinité dans un ballet homo-érotique entre combat fraternel et danse virile. 

Sur une scène nue, quatre danseurs se font face. Les yeux dans les yeux, ils ne cillent pas, s’observent, se jaugent. Une musique arabisante, une voix chaude, les enveloppent d’une sorte de bulle enchantée loin de tout jugements, de tout préjugés. Se laissant emporter par la mélodie, ils frappent dans leurs mains, rythmant les mouvements à venir. Imperceptiblement, les corps se rapprochent, se frôlent et se mélangent.

Tendre combat
One more thing d’Adi Boutros. théâtre de la ville. © Ariel Tagar

Ne faisant plus qu’un, le quatuor masculin roule au sol, semble s’embraser avec une tendresse virile, une douce bestialité. S’amusant de l’ambiguïté des gestes sans jamais tomber dans la caricature, Adi Boutros invite ses camarades à une danse oscillant entre lutte et union charnelle. En duo, un trio ou en quatuor, ils s’aiment, s’unissent, parfois se battent, se rejettent pour mieux se retrouver. 

Une écriture humaine

La grammaire chorégraphique semble parfois maladroite, hésitante. C’est une belle illusion, une manière pour le jeune chorégraphe de montrer la fragilité des rapports humains, la frontière étroite entre mâle attitude, rapport confraternel et affection amoureuse. Il joue des codes sociétaux, les détourne pour mieux attraper le spectateur, l’emmener à réfléchir sur ses préjugés, ses idées préconçues. Le slow à quatre, qui vient clôturer le programme, est d’une belle intensité, d’une force délicate. 

Quatre danseurs formidables
One more thing d’Adi Boutros. théâtre de la ville. © Ariel Tagar

Refusant les carcans, prônant le droit à la différence, à la tolérance, Adi Boutros signe un spectacle intelligent et terriblement humain. Porté par quatre interprètes habités – Adi BoutrousAriel GelbartJeremy Alberge et Uri Dicker – One more thing touche juste, attrape et réveille les consciences. Un bel objet troublant, lucide et percutant. Un artiste à suivre, une œuvre à découvrir.

Olivier Frégaville-Gratian d’Amore

One more thing d’Adi Boutros
Théâtre de la Ville
Théâtre des Abbesses
31 Rue des Abbesses, 75018 Paris
jusqu’au 12 octobre 2020
durée 1h00 environ
 

Chorégraphie d’Adi Boutrous
Direction des répététions – May Zarhy
Lumières d’Ofer Laufer 
Costumes de Stav Struz
Conception et montage des bandes sonores d’Adi Boutrous 
création &
 interprétation – Adi Boutrous, Ariel Gelbart, Jeremy Alberge, Uri Dicker

Crédit photos © Ariel Tagar

Print Friendly, PDF & Email

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.

*

Dernièrement

Aller à Haut