Dans les coulisses d’une merveille

A la Briqueterie – CDC du Val de Marne, le duo Brigitte Seth et Roser Montlló Guberna retrouve pour la première fois après le déconfinement, la violoniste, Florence Malgoire et l’auteur Hervé Mestron. L’occasion pour ce quatuor de travailler à leur future création autour de la personnalité unique et fascinante d’Élisabeth Jacquet de la Guerre. Compositrice de génie du Grand Siècle, l’égale de Lully, tombée dans l’oubli. 

Il fait beau en ce jour de juin. Pas trop chaud encore, l’idéal pour une balade au cœur du Val de Marne. Les travaux du futur Tramway avancent lentement. La circulation est dense, le monde s’agite tranquillement. Non loin de la Mairie de Vitry, à quelques mètres de la grande avenue de Verdun, un bâtiment de briques, une ancienne usine réhabilitée par l’architecte Philippe Prost, en lieu de création chorégraphique. Avec ses poutres métalliques apparentes, la bâtisse a gardé le charme de l’industriel tout en s’ouvrant grâce à de grandes structures en verre sur l’extérieur. 

Histoire(s) de femmes

Lieu de vie un peu triste en ces jours de post-confinement, le CDC reprend quelques couleurs. La présence lumineuse de la compagnie Toujours après minuit, y est pour beaucoup. Drôles, chaleureuses, Brigitte Seth et Roser Montlló Guberna ont l’art de donner du brillant, de la fantaisie ingénieuse à tout ce qu’elles touchent. Passionnées de musique, elles ont découvert grâce à leur amie Florence Malgoire, un personnage hors du commun, une claveciniste virtuose, une compositrice extraordinaire, protégée du roi Louis XIV. Bien qu’elle ait dû lutter pour s’imposer dans un monde d’hommes, bien qu’elle ait failli disparaître totalement des livres d’Histoire, Élisabeth Jacquet de la Guerre a laissé à la postérité de magnifiques sonates, un opéra et bien d’autres pièces baroques de toute beauté. 

Premières répétitions

Repêchée des eaux de l’oubli, par l’épatante Florence Malgoire qui lui consacre un album, la musicienne revit sous les traits de Roser Montlló Guberna. Le spectacle n’en est qu’au stade d’ébauche, mais déjà on touche du doigt tout le potentiel romanesque d’un tel personnage. Entremêlant textes d’Hervé et partitions d’Elisabeth Jacquet de la Guerre, l’encrant dans un univers baroque, la troupe esquisse le portrait délicat et passionné d’une féministe, d’une femme incomprise, l’égale d’un homme. 

Une vie de musique

Les mots d’Hervé Mestron coulent relatant les grands événements qui ont marqué la vie de la compositrice, enfance prodige, mariage, naissance de son fils, mort de tous les siens, la résilience et enfin la résurrection. Battante, elle se laisse porter par les pulsations de son cœur. Virevoltante, Roser Montlló Guberna suit les arias, les mouvements d’une passacaille ou d’une cantate. Son corps se meut donnant vie au baroque des notes. Violon en main, Florence Malgoire vient à la rencontre de la danseuse. Un ballet s’improvise. Les deux artistes se cherchent, se jaugent, se trouvent et se charment. Le moment est unique, singulier, d’une rare beauté. 

Un instant magique

Le regard concentré, Brigitte Seth ne perd pas une miette de ce combat dansé, de cette parade nuptiale entre musique et danse. Elle applaudit à tout rompre, séduite. Clairement, cet instant doit figurer dans la création à venir. Dans une ambiance joyeuse mais studieuse, découpant les scènes, choisissant les morceaux musicaux qui entrent en résonnance avec l’état d’âme de la compositrice, les quatre artistes construisent à petits pas La merveille du siècle. L’ébauche est déjà un petit bijou d’intelligence et de finesse. En redonnant toute sa place à cette femme d’exception, la compagnie Toujours après minuit, une nouvelle fois nous surprend. Comme lorsqu’un air très jazz s’élève dans la grande salle de répétition et que notre duo se lance dans un pas de deux endiablé. 

Dans l’attente de découvrir ce portrait musical, il est possible d’écouter sur toutes les bonnes plateformes, quelques-unes des compositions d’Elisabeth Jacquet de la Guerre. Laissez-vous envoûter !

Olivier Frégaville-Gratian d’Amore

La merveille du siècle – Portrait musical d’Elisabeth Jacquet de la Guerre (1645/1729)
Direction musicale de Florence Malgoire
Texte d’Hervé Mestron
Mise en scène de Brigitte Seth et Roser Montlló Guberna

Crédit Photos © OFGDA

Print Friendly, PDF & Email

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.

*

Dernièrement

Aller à Haut