Guggenheim comme si vous étiez à Bilbao

Comme la plupart des musées et des centres artistiques à travers le monde, le Guggenheim de Bilbao, qui doit beaucoup de sa renommée à son architecture déstructurée signée Frank Gehry, invite les internautes à pousser virtuellement les portes de leurs collections. Bonne visite au cœur de l’art contemporain ! 

Vaisseau d’acier posé au cœur de la ville, le Guggenheim Bilbao est un exemple admirable d’architecture d’avant-garde du XXe siècle. Ses volutes de titane, qui s’entremêlent au verre et à la pierre, renferment en son sein des œuvres gigantesques, comme l’impressionnant Serpent du sculpteur Richard Serral’installation pour Bilbao de Jenny Holzer,  Maman de Louise Bourgois, des tableaux de Rothko, d’Anselm Kiefer ou de Robert Motherwell

Visite numérique

Faisant parti des cinq établissements culturels de la fondation Solomon R. Guggenheim, le musée, comme beaucoup d’autres à travers le monde, est fermé en raison de la crise sanitaire liée à la propagation du coronavirus. Depuis quelques semaines, afin de continuer à assurer sa mission et permettre à tous de découvrir la richesse de ses collections, le lieu a lancé #GuggenheimBilbaoLive. En mettant à disposition tout le contenu web du site, des vidéos inédites, ce projet numérique a pour but de montrer autrement le centre culturel, d’en dévoiler les coulisses. 

Une expérience participative

Si l’internaute peut visiter à sa guise, le directeur du Guggenheim Bilbao, les conservateurs, ainsi que les différentes personnes impliquées dans la vie du musée ont accepté de parler de leur métier, de partager leurs goûts artistiques, leurs œuvres préférées, de livrer quelques secrets, quelques anecdotes sur le lieu, la collection, les expositions qui étaient en cours avant le confinement. En quelques clics, vous saurez tout sur le petit monde fabuleux du musée, sur sa manière de fonctionner.  

Un catalogue d’exception 

Accueilli par Puppy, le chien habillé de fleurs imaginé par Jeff Koons, le visiteur virtuel peut se promener à travers les salles et les pages de la toile, se passionner pour La grande Anthropométrie bleue d’Yves Klein, pour les Neuf discours sur Commode de Cy Twonbly ou pour les Cent cinquante Marilyns multicolores d’Andy Warhol. Il peut aussi s’intéresser à l’installation Humains de Christian Boltanski, ou à La Reine Mari-Anne fondue dans la fonte par de Manolo Valdès. A chacun de faire son choix. 

Olivier Frégaville-Gratian d’Amore 

#GuggenheimBilbaoLive – Musée Guggenheim de Bilbao

Crédit photos © Phillip Waivald – Wikimedia Commons, © Didier Descouens – Wikimedia Commons et © Guggenheim Bilbao

Print Friendly, PDF & Email

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.

*

Dernièrement

Aller à Haut