Couv_Price3_CDDB_Rodolphe Dana_©JeanLouisFernandez025_@loeildoliv

Price, le conte noir d’une jeunesse désespérée

Au cœur d’un bassin sidérurgique de l’Amérique profonde, trois adolescents aux espoirs déçus vont se confronter à leur destinée, à leurs rêves de vie meilleure. S’emparant du roman cru et hyperréaliste de Steve Tesich, Rodolphe Dana signe une pièce âpre et féroce sur les désillusions d’une jeunesse à l’aube de son passage à l’âge adulte. Puissant !

Dans un espace ayant des faux airs de gymnase – murs gris, barres en acier et sol clair rayé de marques géométriques blanches et Bleues – , un jeune homme, nommé Price (épatant Antoine Kahan) et son mentor devisent âprement. C’est le soir de la grande finale régionale de combat de lutte, que le premier vient de perdre par renoncement. Cette défaite marque pour l’adolescent le début de la fin. Ayant grandi dans le bassin industriel de l’Indiana, à quelques encablures de Chicago, son destin semble tout tracé : reprendre à l’usine voisine le job de son père sans possibilité de quitter ce trou gris et pollué. En compagnie de ses deux acolytes, le teigneux Larry Misiora (troublant Lionel Lingelser) et le falot Billy Freund, dit Freud (étonnant Grégoire Baujat), il erre dans les rues désertes et sombres de la ville dans l’attente d’un miracle, d’une lueur d’espoir pour une vie meilleure.

Price3_CDDB_Rodolphe Dana©JeanLouisFernandez037_@loeildoliv

Les cheveux bruns bouclés et l’allure allumeuse de la charmante Rachel (provocante Inès Cassigneul), ainsi que la mort prématurée de son père, empoisonné par l’air chargé de particules rejetées par les cheminées sinistres de la Standard Oil Company et usé par le désamour de sa femme, vont bouleverser quelque peu l’existence morne du jeune Danny Price et changé à jamais ses envies, ses désirs. Sortant à peine de l’insouciance de l’enfance, confronté à leur avenir, à leur vie d’adulte, chacun des trois compères va devoir choisir sa voie : rentrer dans le moule, se rebeller ou fuir.

En choisissant pour sa première création en tant que directeur du Théâtre de Lorient, Centre dramatique national, de s’attaquer à l’œuvre rugueuse, astringente, épidermique de Steve Tesich, Rodolphe Dana nous entraîne dans les tourments cruels et tortueux du passage de l’adolescence à l’âge adulte et nous plonge au cœur du quotidien sordide et banal d’un monde sidérurgique dominé par la grisaille et le désespoir. Avec réalisme et sobriété, il esquisse le portrait âpre et lucide d’une jeunesse désenchantée, que la scénographie épurée et simple de Katrijn Baeten et de Saskia Louwaard souligne parfaitement.

Price3_CDDB_Rodolphe Dana_©JeanLouisFernandez008_@loeildoliv

Totalement emporté par cette tragédie contemporaine à la puissance noire, glaçante, et transporté par le lyrisme cru, fébrile de cette quête d’identité d’une rare intensité, on est conquis par le jeu énergique et habité des comédiens. Simon Bakhouche campe avec une fragilité déconcertante ce père de famille apathique et velléitaire en manque viscéral d’affection. Françoise Gazio se glisse aisément dans la peau de cette mère étrange et superstitieuse, un brin voyante. Rodolphe Dana prend un plaisir jouissif à se transformer en homme trouble, curieux et vicieux. Inès Cassigneul est parfaite en Lolita perverse à l’esprit singulier et dérangé. Grégoire Baujat joue à merveille les idiots heureux, les adolescents niais. Lionel Lingelser s’amuse à interpréter les gros bras déglingués, les rebelles batailleurs et extrémistes. Enfin, Antoine Kahan offre son visage candide à cet adolescent nonchalant rêvant d’absolu. Crescendo, son jeu s’intensifie pour exploser fougueusement avant sa fuite salutaire.

Malgré quelques fébrilités en ce soir de première, Price nous prend aux tripes et ronge à l’acide nos dernières illusions d’adolescent. Sa noirceur étincelante et sa crudité féroce nous saisissent et nous ensorcellent. Une odyssée sulfureuse et intense à découvrir sans tarder.

Olivier Frégaville-Gratian d’Amore


Affiche-Price-BD-Lorient_Rodolphe Dana_@loeildoliv
au CDDB de Lorient, Rodolphe Dana nous invite au parcours initiatique du jeune Price

Price de Steve Tesich (Editions Monsieur Toussaint Louverture)
Théâtre de Lorient – CDDB
11 Rue Claire Droneau
56000 Lorient
jusqu’au 12 novembre 2017
du lundi au samedi à 20h00 et dimanche à 17h00

Théâtre du Gennevilliers
41 avenue des Grésillons
92230 Gennevilliers
du 16 novembre au 2 décembre 2017
lundi, jeudi et vendredi à 20h, samedi à 18h et dimanche à 16h
durée estimée de 2h00

Théâtre de l’Idéal – Théâtre du Nord
19, Rue des Champs
59200 Tourcoing
du 5 au 9 décembre 2017
du mardi au samedi 20h30

création collective dirigée par Rodolphe Dana
traduction de Jeanine Hérisson
adaptation & dramaturgie de Rodolphe Dana et de Nadir Legrand
scénographie & costumes de Katrijn Baeten et de Saskia Louwaard
Avec Simon Bakhouche, Grégoire Baujat, Inès Cassigneul, Rodolphe Dana, Françoise Gazio, Antoine Kahan & Lionel Lingelser
lumières de Valérie Sigward assistée de Wilfried Gourdin
son de Jefferson Lembeye
Production Théâtre de Lorient, Centre dramatique national
Coproduction Collectif Les Possédés ; Théâtre de Nîmes scène conventionnée pour la danse contemporaine ; Châteauvallon, Scène nationale ; Le Bateau Feu – Scène Nationale Dunkerque.

Crédit photos © Jean Louis Fernandez

Print Friendly, PDF & Email

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.

*

Dernièrement

Aller à Haut