Les fiancés de Loches, la comédie musicale … Fantaisie déjantée, drôle et rafraîchissante

Légère, drôle, entraînante, la Comédie « Les Fiancés de Loches », version musicale, est un vrai plaisir pour les yeux, les oreilles et les zygomatiques. Dans un décor kitsch à souhait, malentendus, quiproquos et rebondissements en tous genres, se succèdent à un rythme effréné, entraînant le spectateur dans un tourbillon de rires qui ne cessera qu’au baisser de rideau. Porté par des comédiens tout en verve et en gamme – Christine Bonnard

Maria Stuarda de Gaetano Donizetti …. Duel royal de haute volée

Deux reines, deux rivales, deux sopranos, s’affrontent avec virtuosité, force et émotion dans ce drame lyrique où tension et intensité font presque oublier les grandes libertés prises avec la réalité historique. Dans un décor ultra-moderne, les voix des nos deux chanteuses d’opéra – l’une puissante, l’autre plus veloutée – envoûtent et séduisent. Leur duo fait le sel de cette nouvelle adaptation de Maria Stuarda, qui manque parfois d’inspiration, mais pas

/

Maligne de Noémie Caillault … One woman show salvateur

Brune, longiligne, pétillante, Noémie Caillault semble née pour la scène. Un simple mot, une attitude, un geste, une mimique, suffisent pour que l’auditoire s’esclaffe, soit séduit. Le pari était pourtant loin d’être gagné : faire rire avec la maladie. C’est en tordant le cou à la tumeur qui grandit en son sein, et en croquant avec humour et dérision le milieu médical, la famille, les amis et elle-même, qu’elle lutte avec force et poigne

Les heures souterraines d’Anne Loiret … Peinture hyperréaliste d’une société à la dérive

Des visages tristes, impassibles, presque sans âme, croisés dans les dédales du métro parisien, Delphine de Vigan tire un portrait lucide, peu réjouissant et doux amer de notre société. Sans jugement et avec compassion, elle croque la vie de deux êtres à la dérive : l’un mis sur la touche dans son travail, l’autre blessé dans un amour unilatéral. Entre désespoir et humour forcé, leurs destins s’entrelacent sans jamais se rejoindre,

Célimène et le Cardinal, un face à face amoureux, électrique et passionné

Rarement suite n’a été aussi réussie que celle du Misanthrope. Avec verve et ingéniosité, Jacques Rampal, digne héritier de Molière, fait revivre la langue des Précieuses Ridicules Avec fougue et malignité Célimène et Alceste s’aiment et s’affrontent à coup d’intelligentes et caustiques joutes verbales. Abordant des thématiques propres au XVIIe siècle, qui font écho avec une étrange justesse aux problématiques du monde contemporain, la pièce charme et séduit. Réjouissant !..  

Multiverse de Garry Stewart … Froide féérie

Dernière des créations australiennes à être présentée au Théâtre national de Chaillot, Multiverse de Garry Stewart, directeur de l’Australian Dance Theatre, surprend par son originalité et son ancrage dans le monde de demain. En puisant son inspiration au cœur des recherches scientifiques sur la théorie des cordes, des univers multiples ou des phénomène des trous noirs, le chorégraphe invente un spectacle. Affublé de lunettes 3D, le spectateur est tout d’abord plongé

Complexity of Belonging d’Anouk van Dijk et Falk Richter … Exploration ethnologique et amusante du soi contemporain

Afin de comprendre et définir le sentiment d’appartenance à soi, au monde, l’australien Falk Richter et la néerlandaise Anouk Van Dijk passent aux rayons X les névroses de notre époque. De cette matière riche, ils construisent un spectacle étrange, drôle, satirique, émouvant et terriblement humain. En alternant danses et scènes jouées, ils s’amusent autant de la forme que du fond. Les phrases se font tirades, les mouvements saccadés, les gestes épidermiques,

Dual de Stephanie Lake… Désaccord percutant entre corps et âme

Deux corps, deux âmes, deux danseurs s’affrontent dans l’intimité de la salle Maurice Béjart au théâtre national de Chaillot. Chorégraphié avec force, malice et violence, ce combat dynamique des gestes, des mouvements et des soubresauts, émeut par sa complexe simplicité et sa sobre élégance. L’un après l’autre, puis l’un contre l’autre, les deux danseurs, pantins animés par des forces invisibles, luttent vainement pour s’unir, s’enlacer… Hypnotique !.. L’argument : Focus australien au

Celui qui tombe, fabuleux jeu de déséquilibres

En suspension, « scotché » par les étonnantes performances des six danseurs-acrobates qui envahissent la scène du théâtre de la Ville, le public se laisse embarquer dans la nouvelle ronde de Yoann Bourgeois. En jouant des équilibres, le jeune artiste fascine et envoûte. Celui qui tombe est un « ovni » théâtral d’une beauté rare, fragile, dont la poésie des mouvements coupe le souffle et enivre jusqu’au vertige. Sublime !..   Plongée dans le