Le phare de Longstairs de Nicolas Garcia. Mise en scène des Califourchés © Kévin Termeau

Le phare de Longstairs, une comédie qui ne manque pas de souffle

Le phare de Longstairs de Nicolas Garcia. Mise en scène des Califourchés © Kévin Termeau

La curiosité de découvrir le travail d’une petite cousine se lançant dans le décor de théâtre a poussé mes pas vers le Pixel. Bien m’en a pris ! D’abord, parce que le travail de Béatrice Gin est d’une belle qualité ! Son décor, digne des grandes salles, donne le ton et l’atmosphère qui sied bien à cette comédie. Ensuite, parce que le spectacle de la jeune et trépidante Cie Les Califourchés est très plaisant ! Deux petits voyous, sortis d’un Paname des Années Folles, se rendent dans un phare abandonné pour y déposer des sacs de cocaïne et en repartir sans être vus. Assurément, quand les crétins voleront ces pieds Nickelès en deviendront chef d’escadrille ! Le duo à la Laurel et Hardy, incarné par le débonnaire Loïc Lacoua et le filiforme Jean-Baptiste Navarrete – totalement déjanté – fonctionne à merveille. Lorsqu’ils arrivent essoufflés en haut du phare, ils tombent sur une gardienne (Léa Protais-Baumer) ! Qui est-elle vraiment ? Que fait-elle là ? Vous le saurez en assistant à la pièce, mais en tout cas, elle ne va pas leur faciliter la tâche et la vie. La pièce de Nicolas Garcia, mis en scène collectivement par les comédiens, tient bien la route. Si en ce soir de première, le spectacle possédait quelques petits défauts de jeunesse, il est certain que depuis les rouages ont été huilés et qu’il a trouvé son rythme de croisière. En tout cas, les rebondissements et situations cocasses, le jeu des comédiens plein de fantaisie, la mise en scène efficace font du Phare de Longstairs, une bonne comédie où il fait bon rire ! Et cela ne fait pas de mal ! 

Marie-Céline Nivière

Le phare de Longstairs de Nicolas Garcia
Pixel

18, rue Championnet
75018 Paris
Du 4 septembre au 30 octobre
Les samedis à 20h30
Durée 1h30

Mise en scène des Califourchés
Avec Loïc Lacoua, Jean-Baptiste Navarrete, Léa Protais-Baumer
Décor de Béatrice Gin et Jacques Perrin
Costumes de Léa Protais-Baumer et Anaïs Perrin
Lumières de la Cie des Califourchés et des régisseurs du Pixel, Sylvain Mely et Jeremy Ahamada
Sons de Jean-Baptiste Navarette

Crédit photos © Kévin Termeau 

Print Friendly, PDF & Email

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.

*