Ensemble de Fabio Marra, ou la « normalité » en question

En s’interrogeant sur la norme sociale, ses limites, ses codes et ses convenances, Fabio Marra signe une pièce intimiste, émouvante et juste. Jamais dans le jugement, il aborde avec beaucoup de tendresse le sujet complexe du handicap. La présence lumineuse de Catherine Arditi l’emporte, là où la mise en scène achoppe. Son jeu viscéral bouleverse, quand celui des deux autres comédiens est parfois trop appuyé. Sur le fil, on est séduit

/

Julien Lestel, la danse en transmission

Le regard doux, la démarche et les gestes qui transpirent la danse, Julien Lestel a la gentillesse et la bienveillance des grands. Après sa formation à l’Ecole de danse du ballet de l’Opéra national de Paris et au Conservatoire national supérieur de Paris, dont il obtient le premier prix, il travaille avec les plus grands chorégraphes contemporains. De Rudolf Noureïev à Pina Bausch, en passant par Jiří Kylián et William

Tant qu’il y a les mains des hommes de Violaine Arsac… Une grande bouffée d’humanité

De la question de l’identité, Violaine Arsac construit un spectacle intense et poétique où les mots vibrent et les destins individuels se mêlent à un tout universel dans une chorégraphie envoûtante. Dans ce ballet qui nous happe et nous interpelle, cinq comédiens, cinq personnages donnent vie à un patchwork littéraire étonnant réalisé à partir de textes adroitement combinés de huit grands auteurs. En nous obligeant à regarder en face notre

Le roi Lear d’Olivier Py… Tragédie hystérique

La cour d’honneur du palais des Papes résonne de cris, de hurlements et de vociférations déclamatoires. En déchirant le silence si brutalement, si férocement, si vulgairement, Olivier Py livre une version « trash » et violente du roi Lear de William Shakespeare, empreinte de son dégoût du monde qui l’entoure. En accentuant l’hystérie de cette tragédie, il pointe les dérives de notre société où la politique se meurt et l’humanisme n’est plus

Tuyauterie, de fantasmes en galéjades, un accord « farpait »

Qu’il est bon de rire et de se laisser porter par une comédie simple et efficace ! Tuyauterie de Philippe Blasband est de ce bois-là. En faisant le grand écart, entre l’humour potache et une analyse fine des rapports humains, il construit une pièce sans prétention mais de bonne tenue où l’on rit souvent de bon cœur. Dans ce joyeux bordel, Les deux comédiens, Charlie Dupont et Tania Garbarski, s’amusent

Ring de Léonore Confino… Le couple radiographié sous toutes les coutures

Construit comme un match de boxe de dix-sept rounds entre un homme et une femme, Ring autopsie le couple dans tous ses états. Tel un scalpel, la plume sans concession de Léonore Confino égratigne nos certitudes et dessine un portrait tendre, incisif et terriblement humain des relations amoureuses. Sur scène, les corps s’attirent, se rejettent, s’enlacent et s’éloignent dans un élégant ballet chorégraphié par Magalie B. La sobre et inventive

L’affamée de Violette Leduc… Voyage aux confins de la folie

C’est un cri d’une violence inouïe, une douleur cruelle, intolérable, une lamentation furieuse, une déchirure du cœur d’une rare férocité. Ce sont les sentiments vécus, ressentis par une femme aux passions sans bornes. C’est l’amour démesuré, irrationnel, que Violette Leduc porte à Simone de Beauvoir. C’est tout cela qui anime sur scène le corps de Catherine Decastel. En transe, elle incarne l’écrivaine jusqu’à la folie… Intense !… L’argument : L’Affamée est

Femmes de l’être… Rimes féminines, rimes féministes

Comment ne pas penser à la très belle chanson de Juliette, Rimes féminines, qui sert d’ailleurs de prologue à ce charmant et créatif spectacle, quand tour à tour sur scène apparaissent réincarnées des écrivaines, des princesses, des auteures grandes figures féminines, des femmes tout simplement. Inventif et drôle, cet assemblage de textes est  intelligemment scénographié par Cloé Rollin Dargent et parfaitement interprété par trois comédiennes étonnantes. Laissez vous embarquer sans

/

Un Obus dans le cœur de Wajdi Mouawad … Un grand cri d’amour et de souffrance

C’est un hurlement qui déchire le silence. Une force violente qui vient du cœur de Wadji Mouawad. Seul en scène, Gregori Baquet est ce jeune homme, marginal, artiste, en rage, dont la mère se meurt. Il est l’enfant apeuré, trop tôt confronté à la mort et à la barbarie de la guerre. Il est cet homme adulte en devenir. Il incarne avec force ce texte simple et onirique, porté par