Taiwan in Avignon 2019, entre passé et présent

Pour la treizième année consécutive, Taiwan propose à quatre compagnies de théâtre, de danse ou d’opéra, de poser leurs valises à Avignon, le temps du célèbre festival d’art vivant. Véritables fenêtres sur leur culture, leur société, cette année, les 4 spectacles font la part belle aux contes ancestraux revisités, ainsi qu’aux mutations qui bouleversent les codes d’un pays, d’une île entre tradition et modernisme. 

D’une année sur l’autre, la sélection est toujours plus dure, plus exigeante. Il faut dire que beaucoup de compagnies taiwanaises rêvent d’exporter leur art par-delà leurs frontières. Plus d’une vingtaine d’entre elles ont tenté leur chance en déposant des dossiers de candidature auprès du ministère de la Culture de Taïwan. Après examen minutieux par ce dernier, ainsi que par les théâtres partenaires avignonnais, théâtre de la Condition des soies et les Hivernales – CDCN d’Avignon, quatre d’entre elles ont été retenues, deux de danse et deux de théâtre opératique. Au-delà des aspects artistiques, et de la qualité de la prestation, l’institution vérifie la solidité financière des troupes. Si les billets d’avion, la location des salles, les frais de communication sont financés par l’état, tout ce qui concerne l’hébergement, le salaire des artistes et la vie sur place est, à la charge des troupes. 

2019 est une année tout à fait particulière pour l’équipe de Taiwan in Avignon. Exceptionnellement, Cheng Li-chiun, la ministre de la culture, fait le déplacement pour lancer les festivités. Présente en France, en ce début juillet, elle a tenu à venir soutenir en personne ses compatriotes, à assister à l’ouverture du Festival d’Avignon le OFF. L’enjeu est de taille pour ce petit état insulaire, qui a, certes son gouvernement mais toujours pas de diplomatie propre, faute d’être reconnu à l’international. Sous la main mise de la République démocratique de Chine, qui ne semble pas vouloir céder un pouce de ses prérogatives sur ce qu’elle considère comme une de ses provinces, Taiwan investit massivement dans la culture pour sortir de son isolement, faire rayonner son art, ses traditions par-delà les frontières. 

S’inspirant du premier tome de de la Trilogie taïwanaise de l’écrivaine Shih Shu-Ching, lauréate du Prix national des Arts et Lettres, le metteur en scène Chen Yu-Dien invite à découvrir un art très populaire en Asie, l’opéra classique du genre « jardin des poiriers ». Contant l’histoire de Hsu Ching, acteur itinérant, qui sous le règne des Qing, se voit contraint de se déguiser en demoiselle pour les besoins d’un rôle. Plus à l’aise sous cette identité, il découvre l’envers d’une société très patriarcale, où la femme reste soumise à l’autorité de l’homme. Dépassant les genres, alliant art traditionnel et vision contemporaine d’un monde en plein bouleversement, Le Passage à Lo-Jin est une plongée au cœur d’une civilisation avec ses codes, ses règles, une dénonciation du sexisme traditionnel, avec lequel il est temps d’en finir. 

Très attachés à leur région natale, les taïwanais en âge d’entrer à l’Université sont pour la plupart obligés de quitter leur famille pour aller étudier à Taipei ou dans d’autres pays. Ce déracinement est souvent un bouleversement dans leur vie, un cap difficile à franchir. Pour son quatrième spectacle de danse contemporaine, le Kuo-Shin Chuang Pangcah Dance Theatre creuse ce sujet et propose à travers l’indicatif téléphonique de la région de Hualien, 038 – titre du spectacle – , seul lien pour les exilés de rester en contact avec les leurs, une réflexion sur le rapport au pays qui les a vu naître, où ils ont grandi. Riche de ses ethnies aborigènes, seize sont reconnues officiellement, Taiwan cultive la différence, le goût de l’histoire, de la terre des ancêtres. A travers le langage des corps, les danseurs dirigés par Chuang Kuo-Hsin, qui enseigne à l’année l’art autochtone de la tribu Pangcah, invitent à un voyage entre tradition et contemporanéité, entre village de leur enfance et métropole bouillonnante.

Dans la lignée de l’Opéra de Pékin traditionnel, le Hsing Legend Theatre, compagnie crée en 1986, s’empare d’un classique de la littérature chinoise, Au bord de l’eau de Shi Nai-An (1296-1372) et s’attache à donner vie à Wu Song, l’un des principaux héros du roman. Connu pour son habilité aux arts martiaux, sa maitrise du combat à mains nues, lui ayant permis de terrasser un tigre, le jeune homme, ayant perdu ses parents très tôt, va devoir affronter les tourments de l’amour, les affres de la passion. Héros romantique, guerrier vengeur, Wu Song entraîne le spectateur au cœur des légendes asiatiques teintées d’une pointe de modernisme. Mêlant habilement drame, comédie et théâtre physique, Wu Song, le vainqueur du tigre séduira petits et grands. 

Enfin, aux Hivernales, la Compagnie B.DANCE fait entrer la rage au cœur de sa création. Non celle extériorisée contre une société qui broie les individus, mais celle intérieure qui pousse chacun à réfléchir à l’état du monde, aux problématiques auxquelles se heurtent tout un chacun au quotidien. Plongeant la scène dans une semi-obscurité, Tsai Po-Cheng fait mouvoir les corps, leur donne une densité à la limite de l’aliénation. Ancré dans son époque, dans une réflexion très contemporaine de la danse, Rage saisit le public, le réveille de son engourdissement. 

Cette présence taïwanaise avec de fortes propositions au Festival d’Avignon a pour but d’ouvrir une porte singulière vers une culture à multiples visages, et de se promener sans traverser les océans au cœur d’une civilisation en pleine mutation. Courrez à la rencontre de ces artistes venus d’ailleurs, vous serez touchés par leur art du divertissement, par leur présence scénique, leur goût du partage. 

Olivier Frégaville-Gratian d’Amore


Taiwan in Avignon 2019
Festival d’Avignonle Off

Le Passage à Lo-Jin du Gang-a-tsui Theater
Tout public dès 10 ans
Théâtre La Condition des Soies
13 Rue de la Croix 84000 Avignon
du 5 au 28 juillet 2019 à 13h05 Salle ronde (relâche les 10, 17 et 24 juillet)
durée 60 min, surtitres en français

038 du Kuo-Shin Chuang Pangcah Dance Theatre:
Théâtre La Condition des Soies
13 Rue de la Croix 84000 Avignon
du5 au 28 juillet 2019 à14h24 salle ronde (relâche les 10, 17 et 24 juillet 2019)
durée 40 min

Wu Song, le vainqueur du tigre du Hsing Legend Theatre
Théâtre La Condition des Soies
13 Rue de la Croix 84000 Avignon
du5 au 28 juillet 2019 à 19h15 Salle carrée (relâche les 10, 17 et 24 juillet 2019)
durée 50 min, Surtitres en français

Rage de B.DANCE
Les Hivernales -CDCN d’Avignon
18 Rue Guillaume Puy 84000 Avignon
du10 au 20 juillet 2019 à 12h15 (relâche le 15 juillet2019)
Durée 45 min

Crédit photos © Lee Wei-Chang / © Maria Falconer / © Ren-Haur Liu / © Kuo Cheng-Chang

Print Friendly, PDF & Email

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.

*

Latest from Ballets

Le compte est long

En ouverture du Festival d'Automne à Paris, Boris Charmatz compte le temps
Go to Top