Le CNDC d’Angers fête ses 40 ans avec un triptyque Merce Cunningham

Le CNDC d’Angers fête ses 40 ans avec un triptyque Merce Cunningham

Print Friendly, PDF & Email
C'est avec trois ballets de Merce Cnningham que le CNDC d'Angers fête ses 40 ans à Chaillot

C’est avec trois ballets de Merce Cnningham que le CNDC d’Angers fête ses 40 ans à Chaillot

Ancien danseur et assistant de Merce Cunningham, Robert Swinston, directeur du CNDC d’Angers depuis 2012, ne pouvait célébrer les 40 ans de son établissement qu’en rendant hommage à son mentor. C’est chose faite en proposant trois pièces physiques qui portent assurément la griffe du chorégraphe américain. Une soirée un brin lancinante qui souligne la belle technicité des interprètes.

En reprenant trois œuvres courtes du chorégraphe américain qui l’a formé, dont le mythique Beach Birds créé en 1991, Robert Swinston invite à une immersion totale dans l’univers de Merce Cunningham. Difficile de ne pas reconnaître dans ses gestes avortés nets, dans ses postures instables, inconfortables, la patte d’un des piliers de la Modern Dance. Curieux, rêvant de confronter de nouvelles écritures chorégraphiques à celles déjà existantes, il réinvente les mouvements, cherche par tous les moyens, quitte à rendre particulièrement difficile et douloureuse la partition aux danseurs, à explorer toutes les capacités du corps jusqu’à l’épuisement.

Beach Birds de Merce Cunningham ©  Charlotte Audureau

Beach Birds de Merce Cunningham © Charlotte Audureau

S’appuyant sur les œuvres sonores de son complice John Cage, bruit d’eau, de bouchon, discussions surréalistes, Merce Cunningham signe des pas, des enchaînements déstructurés qui intègrent dans leur réalisation pourtant parfaitement millimétrée, une part de hasard. Si l’on peut regretter que le triptyque voulu par Robert Swinton souligne exagérément la lenteur de l’écriture chorégraphique du maître américain, on est fasciné par l’étonnante force qui se dégage de ces mouvements de groupe où rarement les corps se touchent, où l’unité n’est guère de mise. Préférant donner à chaque interprète une ligne de conduite différente de celui de son collègue, il dessine un ballet qui, malgré son aspect chaotique, charme par la perfection de son exécution.

Des trois tableaux, on retiendra surtout l’emblématique bal des pingouins (Beach birds), véritable voyage sur la banquise, où l’on se laisse totalement hypnotiser par cette ronde lente en noir et blanc. Toutefois, How to pass, kick, fall and run, pièce chorégraphique de 1965, séduit par sa fraîcheur et sa vive dynamique, bien qu’il soit le plus ancien.

Malgré des costumes peu seyants très datés seventies, on est attrapé, captivé par la belle énergie dispensée par la troupe permanente du CNDC d’Angers. Si tous les interprètes se donnent corps et âme sur scène, la technicité impeccable de Claire Seigle-Goujon, l’espièglerie suave parfaitement maîtrisée de Gianni Joseph, la gracieuse tonicité de Catarina Pernão et le charme ténébreux de Carlo Schiavo offrent à ce ballet une belle singularité qui fait oublier un temps le spleen certes poétique, mais terriblement ardu et lent de l’ensemble.

Par Olivier Frégaville-Gratian d’Amore

How to Pass, Kick, Fall and Run_CNDC Angers_Chaillot_ 01_©CNDC_@loeildoliv

How to Pass, Kick, Fall and Run de Merce Cunningham © CDNC

Merce Cunningham par le CDNC d’Angers
Théâtre national de danse de Chaillot
Salle Jean Vilar
1, place du Trocadéro
75016 Paris
durée 1h15

Chorégraphie de Merce Cunningham
Reconstruction de Robert Swinston
Musique de John Cage
Réalisation lumières : Benjamin Aymard
Réalisation costumes : Cathy Garnier

INLETS 2 (1983)
Décor, costumes & lumières de Mark Lancaster
avec Anna Chirescu, Pierre Guilbault, Gianni Joseph, Catarina Pernão, Carlo Schiavo, Flora Rogeboz, Claire Seigle-Goujon

BEACH BIRDS (1991)
Costumes et lumières de Marsha Skinner
Avec Marion Baudinaud, Ashley Chen, Matthieu Chayrigues, Anna Chirescu, Pierre Guilbault, Gianni Joseph, Haruka Miyamoto, Catarina Pernão, Flora Rogeboz, Carlo Schiavo, Claire Seigle-Goujon

HOW TO PASS, KICK, FALL AND RUN (1965)
Textes de John Cage
Décor, costumes & lumières de Beverly Emmons
Costumes de Michelle Amet
avec Anna Chirescu, Étienne Fague, Pierre Guilbault, Gianni Joseph, Karim Kadjar, Catarina Pernão, Carlo Schiavo, Flora Rogeboz, Claire Seigle-Goujon

production CNDC d’Angers
avec l’aimable autorisation du Merce Cunningham Trust, le soutien du John Cage Trust et des éditions Peters

Vous souhaitez partager un commentaire?