Jean-Paul Gaultier fait son Show aux Folies bergère

Print Friendly, PDF & Email
Affiche_JPG_fashion freak ShOw_ ©Marc-Antoine Coulon_@loeildoliv

Jean-Paul Gaultier met les Folies Bergère sans dessus dessous © Marc-Antoine Coulon

Rêve d’enfant qui devient réalité, Jean-Paul Gaultier investit les Folies Bergère et réinvente sa légende. Styliste, grand couturier audacieux, il se joue des genres, s’amuse des textures et signe une revue à son image extravagante, sulfureuse et débridée. Soulignant les grandes lignes de sa vie à coup de tubes pop, il enchante son auditoire malgré un livret quelque peu léger, et une mise en scène un peu trop convenue. 

Des explosions de lumières et de notes pop soulignent l’entrée en scène de Nana (exubérante Anouk Viale), l’ourson fétiche de Jean-Paul Gaultier, qui fut sa première muse, son premier mannequin. Arborant l’iconique corset qui a définitivement ancré le styliste au panthéon de la haute couture, elle danse, se trémousse avant de plonger dans la mémoire de son célèbre propriétaire pour conter l’histoire hors du commun de ce jeune homme timide et imaginatif né en banlieue parisienne, devenu une star des podiums.

Passé les images de la chirurgie plastique qui ont fait de Nana, la première peluche transgenre, l’évocation de sa grand-mère bien-aimée (magnifiquement incarnée par Micheline Presle, mère de Tonie Marshall, sa co-metteuse en scène, et surtout interprète de Falbalas de Jacques Decker, film à l’origine de la vocation du petit Jean-Paul) qui lui a donné le goût du beau, de la mode, on entre dans le vif du sujet. De ses premiers pas dans le milieu de la mode à son premier amour pour le beau Francis (Grégoire Malandain), de ses sorties nocturnes dans les nightclubs les plus courus de Paris et de Londres aux podiums, c’est toute sa vie, ou du moins les éléments qu’il a choisis avec soin, qui défilent à vitesse grand V.

JPG_FASHION_FREAK SHOW_∏TS3 Photo ©Boby 3_@loeildoliv

Demi Mondaine prête sa voix rauque à la plupart des chansons du show © Boby

Envouté par la voix rauque et chaude de Demi Mondaine, le public entre avec euphorie dans la danse et se laisse emporter par les rythmes électro et pop des tubes qui ont marqué les années 1980, 1990 et 2000. Si paillettes et frou-frous ont la part belle, si la culture « queer » est l’arc de voûte de cette revue, Jean-Paul Gaultier, l’enfant terrible de la mode, a cœur de parler aussi de ses fêlures, des blessures les plus profondes, et notamment la mort de son âme-frère, son partenaire à la ville, comme dans son atelier, emporté par le sida en 1990. C’est certainement l’une des plus belles et plus émouvantes scènes du spectacle, le corps de Francis emporté dans les cintres du théâtre par un immense ruban rouge.

Le temps de la tristesse passée, le show reprend de plus belle. Invitant ses amis, ses proches au bal, que ce soit par vidéo, ainsi Catherine Deneuve présente avec humour un défilé, Antoine de Caunes se prend pour la Reine d’Angleterre, rappelant les années londoniennes du créateur, et Catherine Ringer réinterprète des standards musicaux, ou en les parodiant sur scène avec malice comme Anna Wintour, Nana Mouskouri ou Karl Lagerfeld, il s’en donne à cœur joie, se joue des codes et se fait plaisir, tel un bambin à qui on a donné la clé des songes et des fantasmes les plus fous.

JPG_FASHION_FREAK SHOW_∏TS7 Photo ©Boby 7_@loeildoliv

Le créateur à la marinière rêve ses amours passées devant la célèbre photo de Pierre & Gilles © Boby

Certes, on aurait aimé encore plus d’extravagance, plus de flamboyance, un livret plus fourni, plus approfondi, une chorégraphie plus travaillée, mieux écrite, mais ne boudons pas notre plaisir. Le Fashion Freak show de Jean-Paul Gaultier remplit amplement son cahier des charges, divertir et faire oublier un temps, la grisaille, la morosité du quotidien. Subjugués par la plastique parfaite des interprètes, par la beauté des créations griffées JPG, dont certaines ont pu être admiré lors de la rétrospective qui a lui été consacré au Grand Palais, fredonnant les musiques toutes plus endiablées et connues les unes que les autres, les spectateurs ressortent enchantés par cette ode sans prétention à la fête, à la vie.

Par Olivier Frégaville-Gratian d’Amore

The Jean-Paul Gaultier Fashion freak show
Les Folies Bergère
32 Rue Richer
75009 Paris
Jusqu’au 31 décembre 2018
Du mardi au samedi à 20h00, séances supplémentaires le samedi et le dimanche à 15h00
Durée 2h30

Créateur du show, auteur, metteur en scène et créateur des costumes : Jean-Paul Gaultier
Co Metteur en scène : Tonie Marshall
Chorégraphe : Marion Motin
Producteur et Directeur musical : Nile Rodgers
Assistanat à la mise en scène : Eric Supply
Scénographie : Eric Soyer
Livret : Raphaël Cioffi
Vidéaste : Renaud Rubiano
Créateur lumières : Dimitri Vassiliu
Avec Demi Mondaine, Grégoire Malandain, Fanny Coindet, Nacer Marsad, Lazaro Cuervo Costa, Maud Amour, Mike Gautier, Julie Demont, Jean-Charles Zambo, Anouk Viale, Marie Meyer, Léa Vlamos, Anna Cleveland, Mounia Nassangar, Patric Kuo, Julien Ramade & Kevin Bago

Vous souhaitez partager un commentaire?