Dialogues de sourds, paroles dans le vide

Questionnant les rapports humains et leurs petits travers, Stéphane Guérin croque, avec humour noir, lucidité mordante, ses congénères et leur incapacité à communiquer. Portés par la belle mise en scène de Raphaëlle Cambray, Florence Pernel, Raphaëline Goupilleau, Patrick Catalifo et Pascal Gautier font le show entre rire et drame.

Dans un décor modulable à l’envie, fait de meubles accordéon en carton, Paul (troublant Patrick Catalifo) prépare l’apéritif. En fond sonore, la chanson Comment ça va ? résonne.  Il chantonne, reprend le refrain, danse. Tout va bien. Il semble heureux. L’arrivée des premiers invités, Pat (épatante Raphaëline Goupilleau) et son fils Phil (remarquable Pascal Gautier), puis de sa femme, la belle Florence (éblouissante Florence Pernel) va changer la donne. Son humeur va imperceptiblement s’assombrir. A cinquante ans, comme à 25, il est temps de faire un bilan. 

Disons-le tout net. Il est loin d’être positif. Maladie dont on tait le nom, ménopause, chômage, solitude, les tracas de la vie pèsent lourd dans la balance. Dans un capharnaüm de paroles, de discussions sans queue ni tête, apparait par touches le portrait sans fard de chacun de nos quatre protagonistes, de cette famille, au sens large en amour et désamour. De la belle Florence qui fuit le foyer conjugal pour mieux ressentir le manque de son mari, de son fils, à Paul, informaticien esseulé, sans travail, qui ne comprend pas que son épouse ne veuille plus « baiser », en passant par Pat la dépressive et son fils obsédé par les femmes cougars, c’est tout un monde, un microcosme de stéréotypes qui se croisent et s’entrechoquent sur le plateau. 

Tout cela pourrait paraître fort banal, c’est sans oublier la plume acerbe, féroce de Stéphane Guérin. Avec un humour corrosif, un sens de la répartie, il nous entraîne au-delà de la simple comédie de boulevard. Décortiquant les rapports humains dans une société individualiste où plus personne ne prend le temps d’écouter l’autre, obnubilé uniquement par ses propres soucis, il signe un spectacle noir à souhait, une farce humaine qui touche au cœur.


Sans décorum, Raphaëlle Cambray s’empare de ce texte de commande et livre un spectacle déroutant drôle autant que touchant, vibrant autant que sombre. Prenant à bras le corps l’écriture singulière, poétique et décalée de Stéphane Guérin, elle dirige avec justesse les quatre comédiens tous excellents. 

Sans nul doute, cette comédie abrasive devrait briller haut dans le ciel caniculaire d’Avignon et apporter une belle fraîcheur dans la grande salle de la Luna

Olivier Frégaville-Gratian d’Amore


Comment ça va ? de Stéphane Guérin 
Festival d’Avignon le OFF
Théâtre de la Luna – Salle 1 
1 rue Séverine
84000 Avignon
Du 5 juillet au 28 juillet 2019 à 16h10– relâches les 9, 16 et 23 juillet 2019
Durée 1h30 environ 


Mise en scène de Raphaëlle Cambray assistée de Pierre-Louis Laugérias
avec Florence Pernel, Patrick Catalifo, Raphaëline Goupilleau, Pascal Gautier
Lumière de Marie-Hélène Pinon
Scénographie de Catherine Bluwal
Musique originale de Raphaël Sanchez
Régie générale de Mathieu Le Cuffec

Crédit photos © Pascal Victor/ArtCom Presse

Print Friendly, PDF & Email

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.

*

Latest from Chroniques

Fou d’amour

A l'artéphile, Diastème diserte sur l'amour, la folie.
Go to Top