Clotilde Hesme vs Stallone, victoire par K.O.

Silhouette gracile, visage radieux, Clotilde Hesme enfile les gants de boxe de Rocky et donne intensément vie à une jeune femme galvanisée par le troisième opus de la franchise. Partageant la scène avec l’excellent Pascal Sangla, la comédienne en état de grâce attrape et balance un uppercut théâtral aux spectateurs envoûtés, exsangues. 

Pull orange ample, jean très années 1980, Clotilde Hesme se tient droite devant un micro. Elle attend que les spectateurs s’installent, que les retardataires prennent place. Sereine, elle observe, sourit à Pascal Sangla, qui partage la scène avec elle. Rayonnante, solaire, la comédienne fascine, envoûte. Elle impose avec une grâce infini le silence. 

Au loin, une musique sourde. C’est celle de la bande originale de Rocky III. On est en 1982. La jeune Lise, secrétaire médicale, a accompagné son compagnon au cinéma. C’est la première fois qu’elle voit les aventures du boxeur. Elle est totalement subjuguée, incapable de bouger. L’histoire de ce champion en perte vitesse, qui va devoir se battre pour regagner sa place au sommet, la touche au plus profond de son être, va transformer sa destinée. 

Plaquant boulot, amoureux, appartement, elle reprend sa vie en main, ses études de médecine, s’inscrit à la salle de boxe. Sa seule distraction, les films de Silvester Stallone. Elle voue un culte secret à l’acteur, écoute en boucle Eye of the tiger, chanson phare du mythique film. Prenant Rocky comme modèle, elle met K.O. tous les obstacles. Son existence est un rêve éveillé. Aimée, heureuse, mère de deux beaux enfants tout lui sourit. Mais le bonheur est-il immuable ? La niaque suffit-elle à éloigner les mauvaises ondes, les ombres funestes ? 

S’emparant de la nouvelle d’Emmanuèle Bernheim, le réalisateur Fabien Gorgeart et Clotilde Hesme donne corps aux mots de la romancière. La scène est dépouillée. Le dispositif est épuré : un micro, une table de mixage. Il n’en faut pas plus. La présence de la comédienne, sa fragilité, son aura. Cela suffit. C’est magique, poétique. 

Lui donnant la réplique, soulignant par ses créations sonores le récit enlevé, habité de Clotilde Hesme, le compositeur Pascal Sangla amène une douceur, un humour tendre qui charme, saisit. Les effets minimalistes font le reste. Le texte est simple, clair. Il sonne juste. Le public prend les coups, n’esquive pas. Sous le choc, bouleversé par le jeu d’une comédienne éblouissante, il ressort exsangue. Qu’on soit fan de Stallone ou non, la magie opère. C’est beau, c’est fort. Un coup de cœur, assurément. 

Olivier Frégaville-Gratian d’Amore – Envoyé spécial à Rennes


Stallone d’après le roman d’Emmanuèle Bernheim
Festival du TNB 2019
Théâtre national de Bretagne – Rennes
Salle Parigot
1, rue Saint-Hélier
35000 Rennes
Durée 1h10 environ

Tournée
Le 12 novembre 2019 à 
L’empreinte, scène nationale – Tulle 
Du 13 au 15 mai 2020 
au Liberté, scène nationale  – Toulon

Spectacle imaginé par Fabien Gorgeart & Clotilde Hesme
mise en scène de Fabien Gorgeart assisté d’Aurélie Barrin
avec Clotilde Hesme & Pascal Sanglason et musique live de Pascal Sangla
lumière de Thomas Veyssière

Crédit photos © Huma Rosentalski / © DR archives personnelles de Clotilde Hesme

Print Friendly, PDF & Email

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.

*

Dernièrement

Aller à Haut