Chandâla l’impur ou la guerre barbare et cruelle des castes

Print Friendly, PDF & Email
aff-franco2018_hd-1sans_fond_perdu_@loeildoliv

Aux Francophonies en Limousin, Koumarane Valane invite à une plongée saisissante dans l’Inde des castes

De l’Inde, on connaît ses palais princiers, ses films bollywoodiens où chansons et danses rendent tout possible, mais que sait-on du quotidien, du système de castes ? Peu de choses, des histoires lointaines d’agressions sexistes, de misère, de crimes d’honneur. C’est à cette dure réalité que Koumarane Valane s’attaque en proposant une fresque épique, funeste, inspirée des amours shakespeariennes de Roméo et Juliette. Une comédie romantique tragique encore fragile, mais qui nous ouvre les yeux sur un drame humain d’une violence inouïe.

Dans le quartier des colonies, lieux où vivent les intouchables, trois amis, Jack, Ghana et Mas rêvent de jours meilleurs et de filles en fleur. Tous les jours, ils se rendent à vélo non loin d’une établissement scolaire huppé de la ville, pour admirer les belles lycéennes ,en uniforme ,issues des nobles et hautes castes. Bouffées d’oxygène dans leur vie de miséreux, d’êtres à la limite du genre humain, ils voient dans ces rencontres improbables le début d’un ailleurs, d’une possible promotion sociale.

Chandâla_L-impur_©Christophe_Pean-35esFrancophonies-en-Limousin-2018-11_@loeildoliv

Jack et ses amis dalits rêvent d’ailleurs © Christophe Pean

Le beau jack, romantique dans l’âme, passionné de Shakespeare, aimerait que sa vie ressemble à celle de Roméo amoureux d’une Juliette. Que lui le fils de dalits, l’impur, puisse changer les mentalités et faire évoluer la société indienne en réconciliant les castes. Le parcours s’avère difficile, semé d’embûches, d’autant que la jeunesse issue des castes supérieures se radicalise, n’hésitant pas à brutaliser, tuer les intouchables mêmes si des lois récentes les protègent à leur grand dam. Si la mort peut-être au rendez-vous, rien n’arrête notre héros, ami fidèle, amant prêt à tout pour que Janani, la jolie muette, qui a tout sacrifié pour lui, ait une vie digne et heureuse.

En revisitant version bollywood, la célèbre pièce du dramaturge anglais, Roméo et Juliette, Koumarane Valavane, longtemps acteur chez Ariane Mnouchkhine, confronte deux visions de son pays, celle tout en paillettes où tout est possible que conte les films indiens, et celle noire, tragique d’une société enfermée dans ses traditions. Certes, l’Inde d’aujourd’hui, où des intouchables peuvent devenir président, n’a rien à voir avec celle d’hier. Dans la réalité, les crimes d’honneur restent ancrés dans les mœurs. S’appuyant sur l’horrible récit de Kwasalya, qui échappant de peu à la mort, a vu son amoureux, Khandar, un impur, tué sous ses yeux, le metteur en scène indien marque les esprits et nous saisit d’effroi d’autant que l’homophobie, le racisme galopant dans nos pays occidentaux engendrent des actes tout aussi violents, sanglants

Chandâla_L-impur_©Christophe_Pean-35esFrancophonies-en-Limousin-2018-11_@loeildoliv

Malgré les interdits, Jannani et Jack se marient © Christophe Pean

Si le passage de la comédie à la tragédie, des danses, des chants folkloriques aux vidéos montrant le meurtre en direct du jeune Khandar ou le témoignage de Kwasalya, est encore brut et manque de souplesse, le jeu habité des comédiens, leur énergie, emportent notre adhésion. Bouleversé par cette histoire, cette plongée dans une culture orientale qui fascine et effraie, touché par des tableaux à la beauté saisissante, émouvante, mettant de côtés les imperfections d’une mise en scène qui pêche par excès et devrait au fil du temps se lisser, on se laisse attraper, saisir par cette fable noire. L’aide des Francophonies en Limousin et du Théâtre du Soleil, entre autres, ont permis au Théâtre Indianostrum de monter ce manifeste théâtral à haut risque, qui en raison de sa teneur politique pourrait être censuré, amputé de sa fin pour pouvoir être joué en Inde. Une cause à défendre, une pièce à voir sans hésiter.

Par Olivier Frégaville-Gratian d’Amore – envoyé spécial

Chandâla, l’impur de Koumarane Valavane d’après Roméo et Juliette de William Shakespeare
Spectacle en français et en tamoul (surtitré en français)
35e francophonies en Limousin
Théâtre de l’Union
20 Rue des Coopérateurs
87006 Limoges
le jeudi 27 septembre 2018 à 19h00, vendredi 28 septembre 2018 à 20h30 et le samedi 29 septembre à 15h00

Reprise
Théâtre du soleil
Route du champ de manœuvre
75012 Paris
du 5 au 7 octobre 2018
le vendredi à 19h30 le samedi à 16h00 et dimanche à 13h00
durée 3h00 avec entracte

Mise en scène, texte et traduction (tamoul/français) de Koumarane Valavane
Avec Abinaya Ganesah, Anjana Balaji, David Salamon, Mani Bharathi, Marie Albert, Priyadarsini Chakravarty, Purisaï Sambandan, S. Avinash, Santhosh Kumar, Saran Jith, Vasanth Selvam.
Scénographie, accessoires de Shavee Sathish Kumar assisté de Manon Grandmontagne,
Construction des décors : Joseph Bernard assisté par des élèves de l’Ecole nationale des Arts Décoratifs.
Chorégraphie de Sathish Kumar
Musique de Saran Jith
Chant de David Salamon
Maître des marionnettes : K. Periyasamy
Vidéo du prologue : Ishwar Meenakshi, Anoushka Lalitha, Tulasi Kumar
Réalisation vidéo et multimédia : Pascal Brezeau
Administration et production : Priti Bakalkar assistée de Sudheesh Kotekkad

Vous souhaitez partager un commentaire?