Cassavetes réincarné au Lucernaire

Print Friendly, PDF & Email
AFFICHE Cassavetes_@loeildoliv

Au Lucernaire, Florian Choquart fait revivre Cassavetes

Fougueux, emporté, John Cassavetes, du moins son esprit, semble avoir pris possession des lieux pour nous faire partager sa passion du cinéma, son engagement artistique, son envie de faire les choses autrement, indépendamment de la machine Hollywood. En puisant dans les interviews que le comédien-réalisateur américain a donné aux « Cahiers du cinéma », Florian Choquart fait revivre avec ferveur et passion tout un pan de l’histoire du 7e art américain. Un accord réussi entre théâtre et cinéma.

Sur la scène, bien peu de choses. Côté jardin, un bureau, assez simple, sur lequel trône une machine à écrire vintage. Côté cour, un secrétaire en bois, sur lequel une vieille radio est posée. Au centre, rien, juste une toile de fond immense, un écran de cinéma, où vont défiler, un peu plus tard, quelques images marquantes des films du réalisateur américain. Tout rappelle, le New York des années 1960-1970. Dans la pénombre, une silhouette hante le décor. Costume foncé ajusté, chemise blanche, cravate, l’homme aux allures de dandy, qui prend son temps, n’est autre que John Cassavetes. Après s’être servi un verre de bourbon, il plonge dans ses souvenirs.

John et Gena-12Lucernaire_©Xavier Bouvier_@loeildoliv

A sa table de travail, John Cassavetes (Florian Choquart) reprend inlassablement ses scénarios © Xavier Bouvier

Volubile, passionné, il conte sa vie par le menu. Fils d’immigré grec, il grandit à New York. Peu intéressé par les études supérieures, pour faire comme ses amis, les suivre, il s’inscrit à l’American Academy of Dramatic Arts. Rapidement, il a le sentiment d’avoir trouvé sa voie. Sa belle gueule, son jeu habité, font le reste. C’est sur les planches à Broadway et en tournée qu’il commence sa carrière. C’est d’ailleurs à la sortie d’un théâtre que sa vie bascule. À la sortie d’une représentation, il tombe sous le charme de la comédienne Gena Rowlands. Il en a la certitude, elle sera sa femme. Quelques mois plus tard, il l’épouse. Commence alors pour ce couple mythique du cinéma américain, une existence partagée entre Los Angeles et New York, entre blockbuster, séries à succès et cinéma indépendant. Ils gagnent à l’Ouest ce qu’ils dépensent à l’Est dans leursprojets plus personnels.

Derrière l’acteur, le réalisateur pointe vite son nez. Après un échec à Hollywood, il décide de monter ses propres films. Ainsi, avec les moyens du bord, souvent maigres, il filme au plus près des comédiens, des gens. Ne cherchant pas à recréer le réel mais bien à le saisir, il laisse libre court à l’improvisation. A l’écoute des acteurs, de leurs désirs, de leurs ressentis, il réécrit avec eux les scénarios, qui se couvrent rapidement de ratures. Son approche réaliste, presque documentaire, séduit. Son long-métrage, Shadows, sa première œuvre personnelle est un succès tant critique que public. S’en suivent 11 autres dont Faces, Une femme sous influence et Gloria, qui inscrivent définitivement le couple John CassavetesGena Rowlands au panthéon du 7e art.

John et Gena-6_©Xavier Bouvier_lucernaire_@loeildoliv

John Cassavetes fait du cinéma réaliste © Xavier Bouvier

Avec beaucoup de tendresse, de sensibilité, Florian Choquart, avec la complicité de Thomas Resendes, plonge dans l’univers du cinéaste pour mieux en dévoiler toutes les facettes et faire revivre 30 ans d’une vie de passion et d’audace. S’appuyant sur les propres mots de Cassavetes, sur sa filmographie, il lui redonne vie avec une ferveur toute singulière. Porté par la mise en scène ciselée de Vanessa Lhoste et Alain Choquart, mêlant habillement jeu et extraits de film, le jeune comédien se glisse avec aisance dans la peau de cet artiste multiple.

Au-delà d’une certaine ressemblance physique, Florian Choquart n’essaie nullement d’imiter, de contrefaire, il est Cassavetes, le cinéaste, le comédien, qui poursuit son but, faire des films autrement avec le soutien de ses amis que ce soit Seymour Cassel, Peter Falk ou Ben Gazarra. Il est aussi l’être de chair et de sang, qui aime passionnément sa femme, Gena Rowlands, avec qui il forme un couple fort en gueule, intense, et fusionnel.

Entre théâtre et cinéma, se dessine le portrait incandescent, vibrant d’un homme qui a tout donné pour son art. Captivant!

Par Olivier Frégaville-Gratian d’Amore

Cassavetes de Florian Choquart
Lucernaire
Salle rouge
53, Rue notre Dame des Champs
75006 Paris
Jusqu’au 9 décembre 2018
du mardi au samedi à 19h & dimanche à 16h00
duré 1h05

Spectacle librement inspiré des entretiens de John Cassavetes aux cahiers du cinéma
mise en scène d’Alain Choquart et de Vanessa Lhoste
avec Florian Choquart
Dramaturgie de Thomas Resendes
création lumière : Léa Maris
scénographi d’Anne-Sophie Grac
Production : Quartel
Soutiens : théâtre 13, de l’écrit à l’écran, théâtre des clochards célestes
coréalisation : lucernaire

Vous souhaitez partager un commentaire?