Bienvenue à New York

Francis Huster reprend, au Poche Montparnasse, Bronx de l’auteur et acteur américain Chazz Palminteri. Mis en scène par Steve Suissa et créé en 2012 au théâtre des Bouffes Parisiens, la pièce nous plonge au cœur de la mafia new yorkaise des années 60. 

Sur une musique rappelant les bandes originales de film de gangsters américain, Francis Huster apparaît dans la pénombre alors que défilent derrière lui les façades de l’architecture urbaine du quartier du Bronx. Costume noir, visage fermé, il nous entraine dans le récit brûlant et autobiographique de Chazz Palminteri. Plongeant le public dans un New York où règne en maitre mafia et malfrats, il invite à suivre le parcours initiatique de Colégio, un jeune italo-américain.

Haut comme trois pommes, âgé de neuf ans, le jeune garçon observe de sa fenêtre le bar d’en face. Appartenant à Sunny, le caïd du quartier, il est le repère de la pègre local. Fasciné par le singulier ballet qui s’opère devant ses yeux, c’est la personnalité trouble de ce parrain qui l’impressionne. Témoin d’un meurtre impliquant cette figure tutélaire, le jeune Colégio refuse de le dénoncer à la police. Débute alors une amitié singulière liée par ce lourd secret.

Dès lors, le jeune adolescent est tiraillé entre deux mondes, celui  de son père, honnête chauffeur de bus, et celui de Sunny où la tentation du crime prévaut à toute autre conduite. C’est l’éternel dilemme entre le bien et le mal, entre une normalité et marginalité au risque d’être pris au piégé, embarqué  dans une spirale infernale.

De son timbre de voix si reconnaissable, Francis Huster s’empare de ce texte choral – pas moins de dix huit personnages – , référence explicite au monde des affranchis cher au réalisateur Marin Scorsese.  Porté par la mise en scène de Steve Suissa, le comédien enchaîne habilement les rôles en donnant naturellement une temporalité à ce récit, qui a servi de matrice à  Il était une fois le Bronx, premier film réalisé par Robert de Niro, où il incarne le père et laisse à l’auteur son propre rôle. 

La diction et le jeu d’Huster, ancien sociétaire de la Comédie- Française, sont remarquables comme sa capacité de passer d’un personnage à l’autre, à la fin de la représentation, le public conquis applaudis à tout rompre et salue sa performance.  

Florence Pons


Bronx de Chazz Palminteri
Théâtre Poche Montparnasse
75 boulevard du Montparnasse 75006 Paris
Jusqu’au 7 juillet

Mise en scène Steve Suissa
Adaptation Alexia Perimony
Avec Francis Huster

Crédit photos © Brigitte Enguerand

Print Friendly, PDF & Email

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.

*

Latest from Chroniques

Burn out & Cie

Au théâtre des Carmes, Antoine Gouy est la victime sacrificiel du

Instinct de survie

Au 11. Gilgamesh Belleville, Catherine Germain nous invite à un visite bien
Go to Top