Actrices et acteurs engagé.e.s et solidaires

Nous faisons face à une crise sans précédent, nous sommes dans une expectative apeurée, le monde est suspendu. Nous les actrices et les acteurs avons subi les effets de cette crise quasiment les premiers. D’abord les réservations ont chuté, puis les salles se sont fermées et les tournages se sont arrêtés…Cela s’est arrêté. Et puis nous avons tout de suite vu apparaître, les films gratuits, Canal + en clair, des spectacles mis en ligne, des concerts en direct dans des salles vides, etc etc …. Les artistes apportaient une première réponse à ces instants difficiles…Nous rendions plus légers ces moments…Est ce que l‘Art sert le monde ? Peut-être y a-t-il là un élément de réponse…Est-ce que le divertissement est un art ? Non, nous ne le pensons pas, mais divertir est un Art…

A l’AAFA-Actrices et Acteurs de France Associés, nous sommes toujours au travail, nous organisons notre manière de travailler pour continuer la mission de notre association, être au service de nos adhérent.e.s et, au-delà, des actrices et des acteurs de ce pays. Nous restons vigilants à transmettre toutes les informations disponibles servant à améliorer nos situations, et nous restons vigilants, avec les syndicats, sur les mesures mises en place par le ministère de la Culture, mais aussi sur l’importance d’augmenter ces mesures en termes de durée, de les rendre plus précises afin que chacun sache comment organiser l’avenir du mieux possible dans ces temps d’incertitude. Et puis nous continuons le travail entamé, notamment avec les Etats Généraux des actrices et acteurs qui ont eu lieu les 31 janvier, 1 et 2 février, autour de tables participatives sur des thématiques au cœur de notre profession, à Paris mais aussi à Nantes, Lille et Marseille. Ils étaient parrainés par Ariane Ascaride, Bérénice Béjo, Julie Gayet, Agnès Jaoui, Corinne Masiero, Pascal Elbé, Lucien Jean Baptiste, Robin Renucci et Bruno Solo.

Bérénice Béjo a ouvert les Etats Généraux à Paris au Conservatoire National Supérieur d’Art Dramatique avec un discours brillant. Agnès Jaoui y a participé dans le week end et Corinne Masiero également, à Lille. Après le recueil de cette parole, des ces idées et de ces propositions, nous sommes maintenant dans la phase du traitement de cette parole avec notre collège d’experts. La situation, encore une fois, est contraignante, mais nous mettons en place des procédures qui nous permettent de continuer ce travail. Nous devrions communiquer notre Livre Blanc au Ministère de la Culture vers la fin de l’année.

Voilà, nous sommes au travail donc, de chez nous, avec les outils informatiques à notre disposition.

Et puis, pour revenir sur le début de cet article, nous entamons la réflexion essentielle sur l’après.

Quelle doit être une politique culturelle ? A quoi sert-elle ? A qui nous adressons nous dans les théâtres et dans nos films ? Comment rendre l’accès à l’Art encore plus démocratique, plus simple ? Pourquoi ne pas réorienter les objectifs de nos politiques en y intégrant plus en amont la Culture ? Ce sont de grandes questions qui nous seront posées à l’issue de cette crise, nous devons y réfléchir ensemble pour le bien commun. Et qui mieux placé que l’artiste, le Poète ? 

L’esprit poétique possède le pouvoir de réaccorder un monde discordant et de reconnecter un monde divisé.

Voilà notre modeste et immense mission !

Sophie-Anne Lecesne et Michel Scotto Di Carlo, Coprésidents de l’AAFA-Actrices et Acteurs de France Associés
Print Friendly, PDF & Email

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.

*